La ligne social-libérale confirmée par Hollande

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Lors de l'échange des vœux entre le Président et le gouvernement, François Hollande entend bien réaffirmer son nouveau cap politique, social-démocrate au possible.

  • L’Info politique… Et l’événement du jour c’est la rentrée du gouvernement. Avec François Hollande qui veut des résultats. C’est ce que vous allez nous dire, Ludovic Fau. Mais ce matin, tout va commencer par un petit-déjeuner au ministère de l’Intérieur…

  • C’est une tradition qui remonte à 1982. Le jour de la rentrée du gouvernement, le ministre de l’Intérieur invite ses collègues à partager un petit-déjeuner. Dans une heure et demi, donc, Manuel Valls va accueillir les 36 autres ministres et Jean-Marc Ayrault un par un. Sur le perron de la place Beauvau. Sous l’œil des caméras. Après cette séance café, croissants et jus d’orange, tout le monde prendra la direction de l’Elysée. A pied, comme toujours pour le premier Conseil des ministres de l’année, puisque le Palais présidentiel est situé tout près. Et là, bien y aura d’abord le Conseil lui-même. Et puis, ça aussi, c’est la tradition Jean-Marc Ayrault présentera les vœux du gouvernement à François Hollande et vice-versa.

 

  • Et d’après vos informations, cet échange de vœux – qui aura lieu à huis-clos – ne se résumera pas à un échange de politesse…

  • Après la tonalité très sociale-démocrate, voire sociale-libérale, de son allocution du 31 décembre, je peux effectivement vous dire que le chef de l’Etat va confirmer de façon très claire la ligne politique et économique qu’il a tracée il y a trois jours. En matière de baisse de la dépense publique et vis-à-vis des entreprises notamment. Et puis, il va fixer une « obligation de résultats » au gouvernement en rappelant au passage l’importance de la cohésion entre les ministres. Alors, ce n’est pas tout à fait nouveau.  Mais François Hollande a clairement décidé de profiter de la séquence des vœux pour faire mettre la pression.

  • Dans ses vœux aux Français, François Hollande n’a pas cité une fois le Premier ministre et son gouvernement… Ca devrait inquiéter Jean-Marc Ayrault ?

  • Bien pas dans l’immédiat. Parce que c’est vrai que le 31, François Hollande a beaucoup dit « je »… L’objectif c’était de renforcer son autorité aux yeux des Français. Et ça va continuer aujourd’hui. Mais ce qui est sûr, c’est que le Président ne touchera pas au gouvernement avant les élections municipales et européennes du printemps. Et si les résultats ne sont pas trop mauvais, il n’est pas exclu que Jean-Marc Ayrault reste à Matignon jusqu’aux régionales de 2015. C’est ce qu’il espère sans le dire. Et ça arrangerait François Hollande qui n’a pas intérêt à griller la cartouche du changement de Premier ministre trop tôt dans le quinquennat. En tout cas, ce matin, entre mise en scène un peu forcée et bonnes résolutions, les ministres s’efforceront de sourire et de montrer l’image d’une équipe soudée. 

  • Après une grosse séquence internationale, ce début d’année marque en tout cas le retour de François Hollande sur la scène nationale.

Oui. Dans les semaines à venir, au fil des habituelles cérémonies de vœux du mois de janvier, le chef de l’Etat va décliner et développer ce qu’il à la télévision mardi. Son agenda devrait aussi prévoir plus de déplacements sur le terrain. Au rythme d’un par semaine environ. A l’approche des élections, c’est clair, François Hollande veut tenter de renouer son lien avec les Français. Mais sans résultats, tout ça ne servira à rien. De ce point de vue là, le premier rendez-vous de vérité et de crédibilité de l’année aura lieu lors de la publication des prochains chiffres du chômage. C’est prévu pour le 27 janvier.