Haro sur Pierre Moscovici

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sa petite phrase sur le "ras-le-bol fiscal" et son manque d'implication font de Pierre Moscovici une victime facile d'un éventuel remaniement.

On entend beaucoup les attaques contre François Hollande ou Jean-Marc Ayrault. Mais à gauche il y a un autre homme dans ligne de mire. C'est Pierre Moscovici, le ministre de l'économie. Vous avez eu du monde en ligne, y compris au gouvernement. Et Moscovici n'a vraiment pas que des amis.

« Il est toujours un peu ailleurs » voilà ce que dit non pas un de ses adversaires mais un ministre qui travaille au quotidien avec lui. En fait dès qu’on tend un peu l’oreille au gouvernement il y a toujours un moment ou à gauche on vient à parler du cas Mosco. Un ténor du gouvernement m’explique ce qui ne colle pas et il fait un parallèle. « Manuel Valls incarne la sécurité on le voit partout. Moscovici on ne l’entend pas assez, il manque d’engagement alors du coup on est faible sur l’économie ».

On lui reproche l’absence d’anticipation, de coordination,  un ministre me raconte comment le président a appris que Bercy prévoyait une taxation sur l’épargne des Français il y a 10 jours…par une dépêche AFP alors qu’il était en déplacement. Naturellement il était furieux.

En réalité le ministre de l’économie concentre les critiques depuis qu’il a lâché sa petite phrase sur le ras le bol fiscal qui a rassemblée toutes les colères en une seule contre l’impôt. C’est considéré à l’Elysée comme une faute lourde.

Bon il doit avoir les oreilles qui sifflent en ce moment. (C'est finalement assez courant en politique). Mais peut on dire que ca le  fragilise vraiment, Moscovici ?

  

Il est fait du même bois que François Hollande, il encaisse. Pas du genre à rendre coup pour coup. Ses amis estiment que Pierre Moscovoci est victime  d’une opération de déstabilisation. Pour eux ce n’est pas un hasard si on le retrouve une cible entre les 2 yeux dès qu’on reparle remaniement…son ministère est convoité. Un député proche du ministre de l’économie y voit la main des Fabusiens, un collaborateur sent lui arriver une offensive de la gauche du PS de tous ceux qui le trouve trop social démocrate et trop proche des patrons.  

C’est quoi son avenir à Moscovici ? Est-ce qu’il va rester, est-ce que François Hollande a encore besoin de lui ?

Oui parce que tout le monde va rester jusqu’à la fin de la séquence électorale. Il est fidèle à Hollande, loyal, mais sans doute plus à l’aise pour dealer à Bruxelles que pour tenir en patron, la boutique de Bercy...et quand il laisse s’installer l’idée qu’il pourrait être intéressé par un poste de commissaire européen c’est bien qu’il l’a sans doute compris lui aussi.

 

Feu sur Moscovici... A gauche, et même au sein du gouvernement, les critiques pleuvent sur Pierre Moscovici... De là à penser qu'il va servir de fusible, il y a un pas que Caroline Roux ne franchit pas. Car aujourd'hui encore le chef de l'état a besoin de lui ! L'info politique de Caroline revient demain !