Au G20, Poutine sort les muscles

  • A
  • A
Autour du monde est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Henri Guirchoun revient sur le sommet du G20 du week-end dernier ou Vladimir Poutine est parti précipitamment pour ne pas être pointé du doigt pour sa politique en Ukraine.

Après l'arrivée de renfort en hommes dans l'Est de l'Ukraine, un accord sur la fourniture de gaz en Chine, le silence des chefs d'Etat des principales puissances mondiales avait conforté Vladimir Poutine dans sa position d'homme fort du moment.

Sauf que, lors de ce sommet à Brisbane, les masques sont tombés. François Hollande refusant de s'exprimer sur le sujet épineux du Mistral, Barack Obama parlant de l'agression russe comme une menace pour le monde, David Cameron allant même jusqu'à comparer la Russie à l'Allemagne Nazie.

Les tensions augmentent, selon Henri Guirchoun, personne ne peut croire à une guerre totale, mais une glaciation sur le plan diplomatique est à prévoir entre la Russie et les Occidentaux.