Rentrée littéraire : nos coups de cœur

  • A
  • A
Rentrée littéraire : nos coups de cœur
Partagez sur :

LES INCONTOURNABLES - Europe 1 a demandé à Jérôme, grand lecteur et blogueur, de guider le visiteur à travers ce raz-de-marée de livres. 

Comment s'y retrouver parmi tous les livres qui tapissent les étalages de nos librairies ? Parmi les quelque 600 romans de la rentrée, publiés entre les mois d'août et d'octobre, on compte environ 400 romans français et 200 romans étrangers. A côté des poids lourds, Emmanuel Carrère, Amélie Nothomb, David Foenkinos, ou Frédéric Beigbeder, on trouve aussi de petites merveilles, plus insoupçonnées.

>>> Europe 1 a demandé à Jérôme, blogueur invétéré et grand lecteur, de guider le visiteur à travers cette jungle de papier, pour débusquer, les livres incontournables de cette rentrée.

Les poids lourds. Côté romans français, vous aurez le choix en cette rentrée, entre quelques talents déjà reconnus. Parmi les incontournables, c'est LE livre de la rentrée : Le Royaume, d'Emmanuel Carrère,  650 pages d'un travail fouillé sur le christianisme, qui sortira chez P.o.l. Parmi les grosses sorties, on retrouve David Foenkinos, qui change complètement de registre en s'attaquant à une biographie romancée, "Charlotte", sur la vie de Charlotte Salomon, jeune artiste juive morte à 26 ans à Auschwitz. Frédéric Beigbeder imagine dans Oona & Salinger, la brève histoire passionnée entre l'auteur de "L’attrape-cœurs" et Oona O'Neill, la future femme de Charlie Chaplin. On croise aussi au fil des pages Truman Capote, ou Chaplin. Enfin, "une valeur sûre", selon Jérôme : "le dernier ouvrage de l'auteur star japonais Haruki Murakami", qui sort aux éditions Belfond : L’incolore,Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage." Le roman s'est vendu à un million d'exemplaires au Japon l'année dernière et sa trilogie, 1Q84, l'a rendu célèbre dans le monde entier. "Enfin le livre de Patrick Deville, "Viva", est un incontournable, sur la figure de Trotsky, mais aussi sur la littérature et la révolution, dans le Mexique de 1937. On croise tout le foisonnement de l'époque, et même, Frida Kahlo", explique Jérôme.

Les livres "très beaux et plombant" à la fois.  Pour sortir un peu des sentiers battus à présent, et une fois dévorés les évidents, "il faut lire "Goat Mountain", de David Vann", conseille Jérôme, notre spécialiste. "Le livre s'inscrit dans une autre grosse tendance de la rentrée (la première étant la biographie romancée) : celle des récits plombant", explique Jérôme. "Ce livre est extrêmement sombre mais c'est super. Simplement, il ne faut pas être sous antidépresseur pour le lire", prévient le blogueur.

"Dans la même veine, je citerais encore deux livres : On ne voyait que le bonheur, signé Grégoire Delacourt, paru chez Lattès : là encore, l'ouvrage est particulièrement noir, mais c'est très bon", précise Jérôme. "Enfin, avec son "Enon", Paul Harding, frappe aussi un grand coup. Cet auteur a reçu le prix Pulitzer pour son premier roman. Dans "Enon", tout est dit dès les premières lignes, un père qui perd sa fille et qui est quitté par sa femme. On suit ensuite sa descente aux enfers. Là encore c'est complètement déprimant, mais c'est très fort."

"Un récit magnifique sur l'adolescence". "Les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont misé sur un très beau roman : Price, de Steve Tesich, est l'ouvrage d'un scénariste et auteur serbo-américain qui est décédé en 1996. Son premier roman, Karoo, avait fait grand bruit", précise Jérôme. "Ça raconte l'histoire bouleversante d'un jeune homme venu de Yougoslavie et qui se rend aux Etats-Unis." 

Price

Pour prendre le contre-pied de la tendance. "Chez Acte sud, il faut absolument lire un livre d'un auteur corse", confie Jérôme. "Si la tendance de la rentrée est à la biographie fiction, Orphelins de Dieu, de Marc Biancarelli, nous raconte une magnifique histoire fictive. C'est la sœur d'un homme qui, au 19e siècle, s'est fait couper la langue. Pour le venger, elle engage un tueur à gage. Ça se passe en Corse mais ça a tout du western. C'est la première fois que l'auteur écrit en français, et non en corse."

De premiers romans très prometteurs. "Deux auteurs se distinguent en cette rentrée. Il faut absolument lire le très beau livre de Gauz : Debout, payé, sur l'histoire d'un Ivoirien sans papier qui était vigile, d'où ce titre mystérieux. L'auteur revient sur plusieurs générations de ce métier, jusqu'à lui. Et en plus c'est magnifiquement bien écrit ", souligne Jérôme.



"Même chose pour La chance que tu as, de Denis Michelis", explique le blogueur. "Ce roman, paru chez Stock, est assez inclassable. C'est l'histoire d'un gamin qui trouve un poste de serveur dans une auberge près d'une forêt, avant de tomber peu à peu dans l'humiliation quotidienne. C'est un roman psychologique sur la torture mentale et sur les jeunes qui découvrent le monde du travail. C'est court et très poétique."

Le livre "rigolo et décalé". "Pour ceux enfin, qui cherchent une lecture à la fois drôle et décalée, je conseille La beauté du Diable, signé d'une auteure indienne, Radhika Jha", précise Jérôme. "L'histoire se passe au Japon. Une femme japonaise, va devenir complètement accro au shopping. C'est une histoire d'addiction, originale, avec une pointe de cynisme."