Quand Régine Deforges se racontait sur Europe 1

  • A
  • A
Quand Régine Deforges se racontait sur Europe 1
Invitée d’Europe 1 en décembre dernier, pour l émission Des clics et des claques, l’auteur avait raconté sa première blessure, alors qu’elle avait 15 ans, le vol déchirant d’un carnet intime.@ MAXPPP
Partagez sur :

VIDEO - L’écrivaine décédée jeudi, était revenue sur un épisode traumatisant de son adolescence en décembre dernier sur Europe 1. 

L'écrivaine et éditrice Régine Deforges, auteure de "La bicyclette bleue", est décédée jeudi à l'âge de 78 ans à l'hôpital parisien Cochin des suites d'une crise cardiaque. Invitée d’Europe 1 en décembre dernier, pour l émission Des clics et des claques, l’auteur avait raconté sa première blessure, alors qu’elle avait 15 ans, le vol déchirant d’un carnet intime :



Regine Deforges raconte une blessure d'adolescencepar Europe1fr

Un "viol moral". "J’étais amoureuse d’une fille de mon âge qui fréquentait l’école laïque, moi j’étais chez les bonnes sœurs " avait-elle confié alors. "Et nous nous sommes aimées comme deux gamines peuvent s’aimer, moi je tenais mon journal, où je racontais cet amour, mais je racontais également tous les petits potins du patelin dans lequel j’étais. L’un des cahiers a été volé par l’intermédiaire de ma sœur par un garçon qui s’est mis à le lire à tout le monde. Les gendarmes s’en sont mêlés. Ils ont convoqué mes parents, leur disant qu’il fallait faire cesser le scandale. Nous avons été chassées de l’école et on m’a forcé à détruire les fameux cahiers. Je ne me suis jamais pardonné de les avoir détruits" avait-elle raconté alors. "C’était un viol. Je pense qu’un viol physique aurait été mieux accepté par l’adolescente que j’étais, que ce viol moral, celui de ces écrits et de ces pensées."

Régine Deforges avait fait de cette blessure un livre intitulé Le cahier volé, en 1978.

Cliquez ici pour réécouter l’émission complète.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

DECES - L'écrivaine Régine Deforges est morte
 

CHRONIQUE - Régine Deforges ne comprend pas le mariage pour tous