Moby Dick, des fonds marins à la bande dessinée

  • A
  • A
Moby Dick, des fonds marins à la bande dessinée
@ Vents d'Ouest 2014.
Partagez sur :

EN IMAGES  – Dans une BD en noir et blanc, Christophe Chabouté parvient à retranscrire l’atmosphère sombre de ce classique de la littérature américaine. 

Moby Dick en BD

© Vents d'Ouest 2014.

C’est le nom d’un grand cachalot blanc, particulièrement féroce. Moby Dick, le récit d’Herman Melville paru en 1851, est aujourd’hui considéré comme un grand classique de la littérature américaine. Il raconte l’histoire d’un équipage lancé à la poursuite d’une effrayante baleine, qui a dévoré la jambe de leur capitaine. Pour l’écrire, le romancier, qui avait lui-même été marin, s’est inspiré de faits réels.  C’est ce chef-d’œuvre que Christophe Chabouté a décidé d’adapter en bande-dessinée. Le dessinateur revient, à travers de très belles planches en noir et blanc, sur ce récit original. Le tome 1 vient de paraître chez Vent d’Ouest.

Moby Dick en BD

© Vents d'Ouest 2014

L’auteur. Christophe Chabouté  a publié ses premières planches dans Les Récits, un album collectif sur Arthur Rimbaud, paru en 1993. Depuis, le dessinateur  a été plusieurs fois récompensé pour son talent. Notamment pour Sorcières, paru aux éditions du Téméraire, un album qui le fait connaître du grand public. Puis à Angoulême en 2001 pour Pleine Lune, et l’année suivante pour Un Îlot de Bonheur, chez Paquet, qui lui vaut une mention spéciale du jury œcuménique de la BD. Il est aussi l’auteur de Tout seul, paru en 2008, ou de ce livre au titre charmant mais au thème sombre, Les Princesses aussi vont au petit coin, sorti en 2011 et qui raconte l’histoire d’un homme qui, après s'être évadé d'un hôpital psychiatrique, prend un couple en otage.

Christophe Chabouté, auteur de Moby Dick 930X620

Une adaptation fidèle. Avec Moby Dick, la bande dessinée, l’auteur reste très fidèle au récit original et à l'esprit d’Herman Melville, tout en apportant sa touche. Au fil des pages, on voit apparaître, dans un traitement très maitrisé du noir et blanc, les reflets de l’huile, la sueur des marins dans l’effort et le sang qui se répand sur un navire baleinier du 19e siècle. On y sent surtout, insidieusement, se développer la folie de ces hommes, aux drôles de trognes, pétris de peur et de rage. 

Moby Dick en BD

© Vents d'Ouest 2014.

Moby Dick en BD

© Vents d'Ouest 2014.

sur le même sujet, sujet,

ETHIQUE - Quand Wikipédia traque les pubs cachées

QUESTION - Pourquoi Wikipédia chouchoute Gibraltar ?

INSOLITE - Le Jardin des délices : la partition, inscrite sur des fesses, déchiffrée