La bibliothèque Europe 1 s'étoffe

  • A
  • A
La bibliothèque Europe 1 s'étoffe
Partagez sur :

La symphonie du temps qui passe séduit le jury des auditeurs d'Europe1.

Europe1 lançait sa bibliothèque en mars dernier à l'occasion du Salon du livre. Le principe : chaque mois, un jury de dix auditeurs sélectionnés sur Europe1.fr élisent "le livre Europe1 du mois" parmi cinq nouveautés proposées. Afin de faire écho au livre choisi, les spécialistes littéraires de la radio, Esther Leneman, Pierre-Louis Basse et Pierre de Vilno y associent un grand classique de la littérature.

"Ce livre entraîne son lecteur comme un témoin dans un sac de voyage"

Ce mois de septembre, les auditeurs sont tombés d'accord. L'ouvrage du jeune auteur italien Mattia Signorini a reçu six voix sur dix.

La symphonie du temps qui passe, paru aux éditions Presses de la Cité est une fable. Le récit se déroule au lendemain de la première guerre mondiale, en Angleterre. Le héros est tour à tour marin, voyageur, il lui arrive de tomber sur un vendeur de montgolfières ou sur un goéland qui parle. Roman d'aventure, conte de fée, fable philosophique, le livre entraîne son lecteur-témoin comme dans son baluchon, "dans un sac de voyage" selon Jérémy, 24 ans, libraire et membre du jury. "Les scènes sont décrites au minimum" explique t-il, et laissent le lecteur construire "ses propres images", dérouler ainsi le fil de son imagination au fil des pages, jusqu'à "l'odeur du paysage" qu'il lui suffit "d'interpréter".

Ce qu'en pensent les lecteurs Europe1

"J'ai pensé par moment au génial Italo Calvino ou bien à Dino Buzzati" nous dit Emmanuel Ronseaux, membre du jury. Selon Nathalie Durand, "Green est une sorte de Forrest Gump, l'intelligence en plus, qui n'hésite pas à ouvrir sa boîte de chocolats sans savoir sur quoi il va tomber." Un rapprochement que fait également Yves Alexandre qui évoque "un cocktail de Zadig de Voltaire, un rien de Dali, des paysages à la Gainsborough, le tout saupoudré d'invraisemblances et survolé d'un regard naïf qui n'est pas sans faire penser à Forest Gump".

Le livre de Signorini est plaisant, frais, envoûtant. Marie-Pierre Laval, qui l'a lu avec enthousiasme, note : "L'auteur use de surréalisme sans jamais trop en faire. Il donne vie à des oiseaux et à des hommes qui distribuent à leur tour sans réticence le dur mais adorable goût de la vie au jeune héros." Et elle conclut : "Le roman se fond comme une douce friandise à sucer au goût lait fraise, à dévorer sans aucune crainte... "


Le baron perché, fable des illusions déçues

A ce livre, Esther Leneman associe Le baron perché, d'Italo Calvino. L'auteur lui aussi est italien, écrivain fabuliste.

L'ouvrage fait écho à La symphonie du temps qui passe par son aspect de roman d'aventure, de conte de fée, de récit philosophique. seule différence, le récit cette fois se tient à la fin du 18ème siècle. Le héros de douze ans, fils d'un baron italien, se fâche contre son père et sa sœur qui veulent le forcer à manger un plat d'escargots. Monté, de révolte, s'installer dans un arbre, il n'en redescendra plus jamais. De son perchoir de feuilles, il vivra l'histoire, des guerres napoléoniennes à sa rencontre avec l'Empereur, mais aussi sa propre vie lorsqu'il tombera amoureux, ou qu'il échangera avec un philosophe de passage.

Le baron perché est aussi, un peu, la fable des illusions perdues. L'auteur, journaliste communiste italien a écrit ce récit juste après l'invasion de la Hongrie, qui avait provoqué sa rupture avec le communisme.

Pour faire son choix, le jury des auditeurs a dû départager quatre auteurs :

- Bret Easton Ellis pour son livre Suite(s) Impériale(s), paru aux éditions Robert Laffont (1 voix)
- Marc Dugain pour L'insomnie des étoiles paru aux éditions Gallimard (2 voix)
- Donato Carrisi pour Le Chuchotteur, paru aux éditions Calmann-Lévy (1 voix)
- Mattia Signorini pour La symphonie du temps qui passe, paru aux éditions Presses de la Cité (6 voix)
Pour faire parti du jury, participez au QUIZZ SPECIAL LITTERATURE