Le roi britannique de la fantasy Terry Pratchett est mort

  • A
  • A
Le roi britannique de la fantasy Terry Pratchett est mort
Partagez sur :

DISPARITION - L'auteur britannique de la série de romans de science-fiction du "Disque-monde" est mort à l'âge de 66 ans, a fait savoir son éditeur. 

Il s'était fait connaître par ses œuvres de fantasy humoristique, dont la série de romans du "Disque-monde". Le romancier britannique Terry Pratchett est mort à l'âge de 66 ans, a fait savoir son éditeur. L'auteur de près de 70 ouvrages est mort à son domicile, "son chat endormi sur son lit et entouré par sa famille", écrit son éditeur dans un communiqué.

C'est par la voix de l'un des personnages de ses romans que son compte Twitter a annoncé son décès : 



Son dernier livre terminé à l'été 2014. Terry Pratchett était atteint depuis plusieurs années par une forme rare de la maladie d'Alzheimer, l'APC (atrophie corticale postérieure), qui entraîne, entre autres, un déclin de la vision et de la capacité d'écriture.



Malgré tout, il avait terminé son dernier livre, un nouveau volume des "Annales du Disque-Monde", à l'été 2014. Ses "Annales" visent un public de jeunes adultes et se distinguent par leur ton irrévérencieux. Ses romans empruntent aussi bien à la culture classique et à la mythologie qu'à la culture rock. Terry Pratchett avait été sacré en 2006 meilleur écrivain britannique vivant, juste derrière J.K. Rowling, créatrice de Harry Potter. 

Militant pour l'euthanasie. Pour son éditeur, "c'était son écriture qui le maintenait en vie". Diagnostiqué en 2007, "il s'est battu" contre sa maladie "avec la détermination et la créativité qui le caractérisaient", a-t-il encore souligné. Ces dernières années, Terry Pratchett s'était aussi engagé en faveur de l'euthanasie, notamment via la réalisation en 2011 d'un documentaire sur le décès par euthanasie d'un Britannique en Suisse. Ce qui avait suscité un vif débat au Royaume-Uni, où l'euthanasie est illégale. Sur la BBC, il avait dit sa "honte" du fait que "les Britanniques doivent se traîner jusqu'en Suisse, pour un coût considérable, afin d'avoir les services qu'ils souhaitent".