Marvin Jouno : je fais "de la pop en VF"

  • A
  • A
Marvin Jouno : je fais "de la pop en VF"
Partagez sur :

Découvrez Marvin Jouno et son univers résolument pop mais dans la langue de molière.

Né en Bretagne, Marvin Jouno a grandi en région parisienne. Il y a trois ans, il se lance dans un projet qui mêle images et musique, Picture A Song. Un patronyme derrière lequel il dévoile ses premières compositions. Un an plus tard, il ose enfin sortir un premier EP sous son nom, suivi d’un second en septembre dernier, dont est extrait Quitte à me quitter.

Marvin Jouno interprète Quitte à me quitter dans les studios d'Europe 1 :



MARVIN JOUNO - Quitte à me quitterpar Europe1fr

Marvin Jouno en 10 questions :

Quel public redoutez-vous de rencontrer ?

Peut-être le public venu voir la tête d'affiche dont on assure la première partie.
Ils ne sont pas là pour vous, ne vous connaissent pas et attendent impatiemment le groupe qu'ils sont venus écouter - un petit air de salle d'attente hostile - ou pas.
   
Comment décririez-vous votre musique ?

Une pop en VF. Des textes en français et une musique venue d'ailleurs.
J'écoute très peu de chanson française, mes références musicales sont plutôt anglo-saxonnes.
 D’où vient votre nom de scène ?

D'une recherche de prénom en rangeant des disques vinyles, et de tapissiers espagnols venus travailler en Bretagne au cours du XVIIe siècle (Je n'ai pas cherché bien loin - je suis Marvin Jouno dans la vraie vie aussi).
 

Quel artiste vous a donné envie de vous lancer ?

A peu près tous ceux que j'ai aimés. A un moment donné la découverte de Benjamin Biolay et les débuts de Booba m'ont conforté dans le choix ferme et définitif d'écrire en français.

Vous êtes prêt à quoi pour réussir ?

Travailler - Bûcher - Creuser - Suer - Mal dormir...

Vous êtes plutôt du genre à vous relever facilement d’une critique ou vous êtes à chaque fois au bord d’envoyer votre guitare (ou autre) contre le mur ?

Je suis assez susceptible - la mauvaise critique me touche. Par contre je n'ai pas de guitare.

Qu’est-ce qui vous touche le plus quand on vous parle de votre musique ?

Quand on me parle d'émotions fortes ressenties à l'écoute d'une de mes chansons. Que ces histoires trouvent un écho chez de parfaits inconnus me touche énormément.

Docteur Jekyll et M. Hyde : vous sur scène et vous dans la vie, c’est différent ? Un peu, beaucoup, pas du tout ?

Je dirais beaucoup dans un sens puisque je suis plutôt réservé au quotidien, j'aime être discret ce qui contraste avec le fait de se produire sur scène pour présenter son travail. Je n'étais vraiment pas certain de parvenir à ce lâcher-prise nécessaire, mais les premiers concerts m'ont prouvé que la scène peut être une vie parallèle. Pour autant je pense être fidèle à moi-même, j'essaie d'être sincère. 

Avez-vous "galéré", erré,  slalomé … avant d’en arriver là ?

Je ne vois pas ça comme une galère : je fais d'autres choses à côté, je suis décorateur dans le cinéma et photographe - donc je ne m'ennuie pas.

Par contre un slalom oui, nous sommes nombreux à faire de la musique et il n'est pas évident de se faire remarquer. J'aime aussi l'idée que le projet puisse mûrir sagement à l'abri de la lumière, je suis impatient de nature mais je trouve que les évènements s'enchaînent avec logique, raison et ce qu'il faut de chance pour l'instant. Pour conclure je ne sais pas où j'en suis - là, avec cette sélection parmi les finalistes du concours, mais au-delà du plaisir d'avoir été choisi, j'espère que ce n'est que le début de "l'errance"...

Pourquoi avoir choisi le concours du Talent Europe 1- 2014 ?

Pour essayer à vrai dire. C'est la première fois que je participe à un tel concours. Pour tout vous dire je n'y croyais pas une seule seconde.