Zambie : le président Lungu réélu au premier tour

  • A
  • A
Zambie : le président Lungu réélu au premier tour
@ AFP
Partagez sur :

Le président zambien Edgar Lungu a été réélu au premier tour de l'élection présidentielle. Son rival dénonce un scrutin truqué et a annoncé qu'il allait contester les résultats en justice. 

"Je déclare Edgar Lungu élu président de la Zambie", a affirmé Esau Chulu, le président de la Commission électorale, lundi, après avoir lu les résultats finaux. Le président zambien Edgar Lungu a été réélu au premier tour de l'élection présidentielle, devançant son principal rival, Hakainde Hichilema, qui a dénoncé un scrutin truqué. Cet homme d'affaires à succès de 54 ans échoue, lui, pour la cinquième fois à la conquête de la présidence. 

100.000 voix d'avance. Le président zambien Edgar Lungu a été réélu avec plus de 100.000 voix d'avance (1.860.877 contre 1.760.347 - 50,3% contre 47,6%) sur son adversaire qui avait critiqué, dans la nuit de dimanche à lundi, la lenteur du dépouillement et accusé le pouvoir de tenter de truquer les résultats. Sept autres candidats se sont partagés quelque 40.000 voix.

Edgar Lungu avait accédé à la fonction suprême en janvier 2015, après une élection anticipée pour désigner un président le temps d'achever le mandat de Michael Sata, décédé dans l'exercice de ses fonctions en octobre 2014. Il est cette fois élu pour un mandat de cinq ans et devra affronter la crise économique que traverse son pays, frappé par la chute du cours du cuivre dont il est le deuxième producteur d'Afrique.

Le perdant conteste les résultats. Le Parti uni pour le développement national (UPND) du candidat Hakainde Hichilema, battu d'un peu plus de deux points par Edgar Lungu va contester devant la justice les résultats de ce scrutin, a annoncé lundi un responsable de cette formation d'opposition. "Nous allons porter cette affaire devant la justice pour contester les résultats de l'élection car nous avons des preuves de manipulation des chiffres", a indiqué devant la presse Jack Mwiimbu. La campagne électorale avait été tendue et émaillée d'affrontements parfois violents entre les deux principaux partis qui ont fait au moins trois morts et plusieurs blessés.