Yémen : Saleh soigné en Arabie saoudite

  • A
  • A
Yémen : Saleh soigné en Arabie saoudite
Les soldats continuent à quadriller la capitale Sanaa mais des défection ont eu lieu samedi au sein de l'armée yéménite.@ REUTERS
Partagez sur :

Blessé vendredi, le président yéménite serait en route pour l'Arabie Saoudite.

L'incertitude demeure quant au sort du président yéménite Ali Abdallah Saleh, blessé à la tête vendredi lors d'une attaque sur le palais présidentiel. Selon la chaîne Al Arabia, il aurait été hospitalisé en Arabie Saoudite, tout comme son Premier ministre Ali Moujawar. L'information a été démentie samedi par le vice-ministre yéménite de l'Information, Abdou al Djanadi, mais une source gouvernementale saoudienne a affirmé samedi soir que le président Saleh était bien en route vers l'Arabie Saoudite.

Après de nouveaux heurts samedi, les lignes bougent dans le pays, comme le montre la défection, samedi après-midi, du commandant de la 33e division blindée de l'armée yéménite. Le général Hachedi a annoncé sa défection après avoir rappelé, sous la pression d'un groupe de ses officiers et soldats, des troupes envoyées ces deux derniers jours dans le centre de Taëz pour réprimer des protestations hostiles au régime, a indiqué la source militaire.

"Je me porte bien"

Tout va bien, estime en revanche le chef d'Etat yéménite. Ce dernier s'était voulu rassurant vendredi soir. "Je me porte bien, je suis en bonne santé", a-t-il, lui-même, assuré dans un message dont le seul le son a été diffusé. Quelques heures plus tôt, le ministère de la Défense avait démenti l'information de la chaîne d'opposition Souhail TV, selon laquelle le président yéménite était mort.

Demeure toutefois un cafouillage inquiétant dans les annonces de l'exécutif du pays. Le ministère de la Défense a d'abord indiqué que le chef d'Etat devait s'adresser à la nation dans la soirée. Mais, c'est finalement le vice-ministre de l'Information qui a pris la parole devant les journalistes et la télévision d'Etat. Enfin, le son du discours du président a été diffusé à la télévision.

Mais, depuis l'attaque, les Yéménites n'ont pas vu leur président, semant l'incertitude dans le pays.

Ali Abdallah Saleh

© REUTERS

Le palais présidentiel a été touché par des obus lors de combats entre les troupes fidèles au chef de l'Etat et les miliciens tribaux du clan Hached. Selon un premier bilan, le président donc et le vice-Premier ministre sont blessés et soignés à l'hôpital militaire de Sanaa, ainsi que le président du Parlement qui est dans un état critique. L'imam de la mosquée, trois membres de la garde présidentielle et quatre autres personnes ont également trouvé la mort dans cette attaque.

La France demande à ses ressortissants de quitter le pays

Suite à la dégradation de la situation le Quai d'Orsay, sur son compte Twitter, a demandé aux Français sur place de quitter le pays "sans délai".

Twitter quai

Au Yémen, les affrontements qui opposent les forces gouvernementales aux combattants anti-Ali Abdallah Saleh et aux chefs tribaux ont fait au moins 155 morts depuis dix jours. L'opposition réclame le départ du président Saleh au pouvoir depuis près de trente-trois ans. Depuis le début des troubles en janvier, les heurts ont fait environ 370 morts.

L'attaque de vendredi contre le palais présidentiel vendredi s'élève désormais à 11 morts et 124 blessés, a annoncé samedi un responsable du gouvernement. Ce bombardement est intervenu alors que les combats s'étendaient à une grande partie de la ville. Les combats à l'arme lourde, d'abord concentrés dans le nord de la capitale, se sont, en effet, étendus pour la première fois vers le sud de la ville.

Chaos yéménite et Al-Qaïda

Les Etats-Unis, qui redoutent que le chaos yéménite renforce Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), ont envoyé cette semaine un émissaire en Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, le conseiller antiterroriste de Barack Obama, John Brennan, pour tenter d'y trouver des pistes de sortie de crise.

Le président Saleh a plusieurs fois refusé de signer un accord de transition négocié par ses puissants voisins du Golfe, qui prévoyait son départ dans un délai d'un mois et la création d'un gouvernement d'union en échange de l'immunité. Le président sénégalais Abdoulaye Wade a néanmoins affirmé vendredi avoir été mandaté par son homologue yéménite pour contacter plusieurs pays, dont la France et les Etats-Unis, afin d'aider le Yémen à organiser des élections, étape avant son départ du pouvoir.

Vous pouvez suivre l'évolution de la situation au Yémen sur les comptes Twitter de Ahmed Zabara et Alaa Jarban.