Yémen : poursuite du blocus malgré la réouverture du port d'Aden, selon l'Onu

  • A
  • A
Yémen : poursuite du blocus malgré la réouverture du port d'Aden, selon l'Onu
Selon l'Onu, un risque de "plus grande famine de ces dernières décennies" plane sur le Yémen à cause du blocus. Image d'illustration. @ AHMAD AL-BASHA / AFP
Partagez sur :

Ce blocus instauré depuis lundi par la coalition pourrait provoquer une grande famine au Yémen, craint l'Onu. 

La coalition menée par l'Arabie Saoudite au Yémen bloque toujours l'arrivée de l'aide humanitaire, malgré une réouverture du port d'Aden et d'un point de passage terrestre, a annoncé l'ONU.

Le port d'Aden ne suffit pas. "Les mouvements humanitaires vers le Yémen restent bloqués", a déclaré vendredi Russell Geekie, un porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). "La réouverture du port à Aden n'est pas suffisante. Nous devons voir levé le blocus de tous les ports, en particulier Hodeida, pour les importations à la fois humanitaires et commerciales", a-t-il poursuivi.

Tir de missile houthi. La coalition avait fermé lundi les frontières du Yémen en réponse à un tir de missile durant le week-end précédent par des rebelles houthis yéménites pro-iraniens, intercepté près de Ryad et condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Risque de grande famine. Le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, a évoqué cette semaine devant le Conseil le risque de "la plus grande famine" de ces dernières décennies, avec des "millions de victimes", si le blocus imposé par Ryad n'était pas levé.