Yémen : plus de 100 morts dans les raids aériens sur la capitale

  • A
  • A
Yémen : plus de 100 morts dans les raids aériens sur la capitale
C'est une salle publique, remplie de civils, qui a été prise pour cible.@ MOHAMMED HUWAIS / AFP
Partagez sur :

Plus de 100 personnes sont mortes et 500 blessées samedi à Sanaa, la capitale du Yémen, dans des raids aériens attribués à la coalition arabe.

Le bilan risque encore de s'alourdir au fil des heures. Plus de 100 personnes ont été tuées samedi dans les raids aériens attribués à la coalition arabe et qui ont frappé une foule en deuil à Sanaa, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé, contrôlé par les rebelles Houthis. "Le bilan est très lourd : plus de 520 blessés et plus de 100 martyrs", a annoncé le porte-parole du ministère de la Santé, Tamim al-Chami, sur la chaîne de télévision des rebelles Al-Masirah. Ce bilan "risque de s'alourdir", a-t-il ajouté, en citant "des restes humains carbonisés" et non identifiés sur le lieu de l'attaque et "plusieurs personnes portées disparues".

Une foule en deuil. Les frappes ont visé une salle publique où de nombreuses personnes étaient réunies dans l'après-midi pour présenter leurs condoléances pour la mort du père du "ministre de l'Intérieur", Jalal al-Rouichène, a indiqué Sabanews.net. Figuraient parmi ces personnes des responsables des Houthis, les rebelles qui se sont emparés de Sanaa il y a plus de deux ans, et qui sont combattus par la coalition arabe, alliée du gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Une bavure de la coalition arabe ? La coalition militaire arabe, qui opère au Yémen sous commandement saoudien, a nié samedi toute implication dans les raids aériens. Dans un communiqué, elle a affirmé qu'elle n'avait pas mené d'opérations militaires sur le lieu du drame et que "d'autres causes" devraient être considérées. La coalition, qui est intervenue au Yémen en mars 2015 en soutien aux forces pro-gouvernementales, a été accusée par des organisations de défense des droits de l'Homme de commettre des "bavures" en touchant des secteurs civils dans ses raids.