Washington va différer des sanctions contre l'Iran

  • A
  • A
Washington va différer des sanctions contre l'Iran
@ JIM WATSON / AFP
Partagez sur :

Les Etats-Unis accusent l'Iran d'avoir procédé à des tirs de missiles balistiques les 10 octobre et 21 novembre derniers.

La Maison-Blanche a décidé de repousser sa décision concernant la mise en place d'éventuelles nouvelles sanctions contre l'Iran liées à son programme de missiles balistiques, affirme jeudi le Wall Street journal (WSJ) sur son site internet.

Des sanctions qui "restent sur la table". Faisant référence à des responsables américains non identifiés, le journal écrit que Washington "reste déterminé à combattre le programme de missiles" de Téhéran et que les sanctions concoctées par le Trésor américain "restent sur la table". Selon ces sources, la mise en oeuvre de telles sanctions serait compatible avec l'accord historique signé en juillet à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances au sujet de son programme nucléaire. Elles n'ont pas fourni de calendrier concernant l'imposition éventuelle de ces sanctions, après la décision mercredi de l'exécutif américain de retarder leur adoption, a ajouté le WSJ.

Des tirs le 10  octobre et le 21 novembre. Ce même journal avait rapporté mercredi que les Etats-Unis préparaient de nouvelles sanctions contre des entreprises et des individus qui auraient œuvré notamment en Iran au développement du programme de missiles balistiques de Téhéran. Il précisait qu'elles devaient être une réponse aux tirs d'essai de missiles balistiques effectués par l'Iran les 10 octobre et 21 novembre.

Pour l'Iran, Washington ment. Sans confirmer pleinement les informations publiées mercredi par le WSJ, l'administration Obama avait alors indiqué "étudier différents aspects" liés à de possibles nouvelles sanctions ainsi qu'une "évolution de son action diplomatique" avec Téhéran. L'Iran a accusé jeudi Washington d'avoir menti en affirmant que des tirs d'essai iraniens avaient été effectués près d'un porte-avions américain dans le détroit d'Ormuz. Et des responsables iraniens ont dénoncé les menaces de nouvelles sanctions américaines.