Washington va dévoiler "les sanctions les plus dures jamais prises" contre Pyongyang

  • A
  • A
Washington va dévoiler "les sanctions les plus dures jamais prises" contre Pyongyang
En visite au Japon, Mike Pence a annoncé des sanctions très dures à l'égard de la Corée du Nord@ TORU HANAI / POOL / AFP
Partagez sur :

Le vice-président américain a annoncé qu'il allait dévoiler "les sanctions économiques les plus dures et les plus offensives jamais prises contre la Corée du Nord".

Le vice-président américain Mike Pence a annoncé mercredi à Tokyo que Washington s'apprêtait à dévoiler les sanctions économiques "les plus dures" jamais prises contre la Corée du Nord.

"Les sanctions économiques les plus dures et les plus offensives". "J'annonce aujourd'hui que les États-Unis vont bientôt dévoiler les sanctions économiques les plus dures et les plus offensives jamais prises contre la Corée du Nord", a déclaré Mike Pence aux côtés du Premier ministre Shinzo Abe à l'issue de discussions sur la menace nord-coréenne. Mike Pence s'exprimait au deuxième jour d'une étape de trois jours au Japon sur le chemin des Jeux olympiques d'hiver qui s'ouvriront vendredi en Corée du Sud et où il dirigera la délégation américaine.

Pas de "prise en otage du message" des JO. "Nous ne permettrons pas à la propagande de la Corée du Nord de prendre en otage le message et l'image des Jeux olympiques", a aussi déclaré Mike Pence alors que la Corée du Nord va participer aux compétitions au sein d'une délégation commune avec la Corée du Sud.

Intensifier la "pression maximale". "Que le monde sache bien cela : nous allons continuer à intensifier notre campagne de pression maximale tant que la Corée du Nord ne fera pas de pas concrets dans la direction d'une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible", a ajouté Mike Pence.

Shinzo Abe, qui se rendra lui aussi à Pyeongchang pour les Jeux d'hiver, a réitéré que le Japon ne pourrait "jamais accepter une Corée du Nord équipée de l'arme nucléaire". "Nous ne devons pas nous laisser distraire par l'offensive de charme de la Corée du Nord", a-t-il ajouté.