Que pensent nos voisins européens de l'élection de Macron ?

  • A
  • A
Que pensent nos voisins européens de l'élection de Macron ?
@ AFP
Partagez sur :

Le candidat d'En Marche est devenu le huitième président de la République. Si son profil pro-européen rassure la presse étrangère, une partie le met en garde contre l'état de division du pays.

Face à Marine Le Pen, l'élection d'Emmanuel Macron représente une victoire contre le populisme et un soulagement pour l'Europe, selon la presse étrangère. Mais tout reste à faire pour le plus jeune chef de l'Etat français, estiment les grands quotidiens européens.        

En Allemagne

Pour le quotidien allemand conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung, "l'Europe évite le cauchemar. L'impensable a été évité : la France ne va pas être dirigée par une femme d'extrême droite. La victoire nette d'Emmanuel Macron donne de la confiance, mais l'Europe ne doit pas se faire d'illusions pour autant". Le quotidien de gauche Tageszeitung écrit aussi que "la nette victoire d'Emmanuel Macron est un énorme soulagement pour la France."

De son côté, le porte-parole d'Angela Merkel a salué une "victoire pour une Europe forte et unie".

En Suisse

"Un homme neuf", pour le journal Le Temps : "Emmanuel Macron a réussi son pari insensé. Au-delà du niveau de l'abstention, de la radicalisation des extrêmes à droite comme à gauche et du délitement des partis traditionnels, l'enseignement principal de ce 7 mai est que la France s'est choisie un homme neuf pour entamer sa transformation".



En Espagne

"La France a choisi Macron et contient le populisme", écrit le journal El País. "Et la France a dit non. La victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, un pro-Européen et un ex-banquier libéral, a contenu la vague du mécontentement populiste qui a triomphé en novembre à l'élection présidentielle américaine et avant le référendum britannique". "Après le Brexit et Trump, il n'y aura pas Le Pen". 

En Grande-Bretagne

"Bonne chance Macron, vous allez en avoir besoin", écrit The Guardian qui s'inquiète du niveau record de l'extrême-droite. "Tout autre résultat aurait été une catastrophe européenne et pour une fois, heureusement, les sondages avaient raison". 



La Première ministre britannique Theresa May a, elle, félicité "chaleureusement Emmanuel Macron". "Nous nous réjouissons de travailler avec le nouveau président sur un large éventail de priorités communes."

En Russie

Le quotidien Vedomosti estime que les Français ont fait le choix du "candidat qui représente les principes essentiels de la Ve République : le gouvernement par une élite qualifiée et l'engagement dans l'intégration européenne". Le journal en ligne Gazeta.ru souligne que le nouveau président "devra répondre à la demande de changement, ne luttant pas tant contre un programme conservateur que contre les attentes négatives et le risque de déjà vu".