Vote crucial pour Obama

  • A
  • A
Vote crucial pour Obama
@ REUTERS
Partagez sur :

La Chambre des représentants se prononcera pour ou contre la réforme de la santé dimanche.

Les représentants du Congrès américain vont décider dimanche ce qu'il adviendra de la mesure phare du programme de Barack Obama. Ils ont entamé vers 17 heures, heure française, un débat qui s'annonce des plus tendus. Le vote est attendu dans la nuit de dimanche à lundi.

940 milliards sur 10 ans

La dernière version du plan de réforme de santé, qui doit fournir une couverture maladie à au moins 31 millions d'Américains qui n'en ont pas, devrait réduire le déficit américain de 138 milliards de dollars sur 10 ans (2010-2019), selon le bureau du Budget du Congrès américain (CBO). Mettant en exergue ces estimations, le président américain a assuré jeudi que "cela fait de cette loi l'effort le plus important pour réduire le déficit depuis (...) les années 1990".

Au total, le plan coûterait 940 milliards sur 10 ans, selon le CBO, contre 875 milliards pour le projet de loi du Sénat seul. Beaucoup de démocrates, qui n'aiment pas le texte du Sénat, attendaient la publication des chiffres du CBO pour dire s'ils allaient ou non approuver dimanche le projet de loi voté à la chambre haute le 24 décembre. S'il est adopté, le texte ira à la Maison Blanche et le président le promulguera.

Les républicains sont farouchement opposés à la réforme qu'ils jugent interventionniste et trop coûteuse.

Soutien des anti-avortements

Dimanche, plusieurs responsables démocrates ont assuré qu'ils avaient assez de voix pour faire adopter la réforme historique de l'assurance maladie, malgré une opposition farouche. "Nous avons les votes. Aujourd'hui nous allons entrer dans l'Histoire", a déclaré sur la chaîne de télévision ABC John Larson, l'un des chefs de file des démocrates à la Chambre.

La réforme a obtenu à la dernière minute le soutien du démocrate centriste anti-avortement Bart Stupak et de ses partisans, un revirement considéré comme crucial pour l'adoption du projet.

Pour être adopté, le texte doit rassembler 216 voix sur 435 à la Chambre basse. Après promulgation, le Sénat devra encore approuver les "corrections".