A quelle heure connaîtra-t-on le vainqueur ? Cinq choses à savoir sur "la nuit américaine"

  • A
  • A
A quelle heure connaîtra-t-on le vainqueur ? Cinq choses à savoir sur "la nuit américaine"
Les Américains ne voteront pas tous au même moment mardi.@ AFP
Partagez sur :

Le nom du 45e président américain, Hillary Clinton ou Donald Trump, est connu dans la nuit de mardi à mercredi. Europe 1 vous donne le mode d'emploi de ce moment historique.

48 HEURES 100% USA

C'était la campagne de tous les excès. Pendant quatre mois, Hillary Clinton et Donald Trump se sont affrontés et souvent même ridiculisés dans un combat de boue et d'insultes. Jamais deux candidats à la présidence n'ont été aussi impopulaires et jamais les programmes n'auront été autant survolés. Désormais, c'est aux Américains de décider qui de l'ancienne secrétaire d'Etat ou du milliardaire deviendra leur prochain(e) président(e). Quand et comment les électeurs vont-ils voter? A quel moment les résultats seront-ils annoncés? Mode d'emploi de cette journée qui marquera l'histoire des États-Unis.

1- Des millions d'Américains ont déjà voté. C'est l'une des particularités de cette élection. Une trentaine d'États autorisent les Américains à voter de façon anticipée, soit par courrier, soit en se déplaçant dans les bureaux de vote déjà ouverts. Au total, plus de 40 millions d'Américains, sur une moyenne de 130 millions de votants, ont ainsi déjà coché le nom d'Hillary Clinton, de Donald Trump ou de l'un des "petits candidats" sur leur bulletin. Et ils devraient être un bon tiers à avoir voté avant la date officielle du scrutin. C'est le cas de Barack Obama. Le président sortant a fait son devoir électoral le 7 octobre à Chicago.

Et dans sept États - le Wisconsin, le Minnesota, le Michigan, la Pennsylvanie, le Connecticut et l'État de New York -  les électeurs ont la possibilité de changer d'avis le jour J en faisant annuler leur précédent bulletin. Dans le Wisconsin, les électeurs peuvent carrément jouer les girouettes et changer jusqu'à trois fois de position. Le 1er novembre, en meeting dans cet État, Donald Trump l'a bien compris. Il a rappelé aux électeurs démocrates qu'ils pouvaient retourner aux urnes et voter pour lui.

2- Un vote sur six fuseaux horaires. Les Américains ne voteront pas tous au même moment mardi. Les bureaux de vote ouvrent en moyenne à 6h du matin, et décalage horaire oblige, les habitants de l'Est désigneront leur candidat avant ceux de l'Ouest : à partir de 12h heure française pour les uns, à partir de 15h heure française pour les autres.

A Dixville Notch, dans le New Hampshire, au nord-ouest du pays, à deux pas de la frontière canadienne, les habitants voteront même à minuit, mardi matin. C'est une tradition. Les électeurs vivant en Alaska et à Hawaii seront les derniers à s'exprimer dans les urnes.

3- Les autres élections. Ce même 8 novembre, les Américains éliront les membres de la Chambre des représentants et une partie des sénateurs, qui composent le Congrès. Le tout sur un seul et même bulletin. Cette élection est tout aussi importante que celle du président. Sans majorité au Congrès le prochain "Commander in chief" pourrait avoir des difficultés à mettre en place sa politique



4-Une nuit qui peut être courte...ou très longue. Les premiers résultats devraient être publiés à la fermeture des bureaux de vote à 19h sur la côte Est, soit à 1h du matin à Paris. Mais ceux de la côte ouest ne tomberont pas avant 4h du matin heure française. Malgré tout, la fin du match pourrait être sifflée avant l'heure. Car la plupart des "swing states", ces états indécis, sont situés à l'Est. C'est le cas de l'Ohio, de la Caroline du Nord ou de la Floride. Si ces derniers basculent pour la candidate démocrate, l'élection peut être pliée avant même la fermeture des bureaux de vote en Alaska.

Cela s'explique par le jeu des grands électeurs. Pour remporter l'élection, il faut en obtenir 270. Et selon les dernières projections, Hillary Clinton possède une avance importante sur son adversaire, en la matière. Il ne lui manquerait qu'une cinquantaine de grands électeurs pour l'emporter, ce qui représente trois ou quatre Etats à conquérir, alors que Donald Trump devrait ratisser beaucoup plus large pour prendre les rênes du pays.  Reste que si les votes sont très serrés, il faudra attendre mercredi matin en France pour savoir qui est le grand vainqueur.

5-Des recomptages possibles. Si les votes sont trop serrés, des recomptages peuvent être organisés. En Floride, théâtre du duel décisif entre George W. Bush et Al Gore lors de l'élection présidentielle de 2000, le recomptage est automatique si l'écart entre les deux candidats est de moins d'un demi-point de pourcentage. Dans le Wisconsin, par contre, c'est au candidat de demander à ce qu'ils soient à nouveau comptés  en cas de doute. Dans ce cas là, et si la procédure ne modifie pas le processus de vote, c'est à lui de payer les frais.


electeurs1280