Vladimir Kara-Mourza, opposant russe "empoisonné", va être traité à l'étranger

  • A
  • A
Vladimir Kara-Mourza, opposant russe "empoisonné", va être traité à l'étranger
L'opposant russe était hospitalisé depuis le début du mois de février après avoir sombré dans le coma.@ AFP
Partagez sur :

Ce proche du leader d'opposition Boris Nemtsov était tombé dans le coma début février après un empoisonnement. Il va mieux et va quitter le pays pour être soigné, a annoncé dimanche son avocat.

Il était tombé dans le coma, début février, après une "intoxication aiguë". Vladimir Kara-Mourza, proche du leader d'opposition russe Boris Nemtsov et qui était, jusqu'à l'année dernière, vice-président du parti d'opposition libérale Parnas, va mieux et va quitter la Russie. "Il a pris l'avion pour quitter le pays afin de suivre un traitement", a écrit son avocat, Vadim Prokhorov, sur sa page Facebook. "Le diagnostic dans son document de sortie d'hôpital est toujours le même: intoxication par une substance inconnue", a-t-il ajouté. 

Une première intoxication en 2015. Âgé de 35 ans, Vladimir Kara-Mourza avait déjà été hospitalisé en 2015 pour une défaillance rénale aiguë et avait failli succomber. Les médecins avaient alors trouvé dans son sang les traces d'une intoxication aux métaux lourds. Une fois rétabli, il avait demandé au Comité d'enquête russe d'ouvrir une enquête pour déterminer s'il avait souffert d'un empoisonnement volontaire, sans résultat à ce jour. Selon sa famille, cet incident pourrait être la cause de son hospitalisation ce mois-ci.

Coordinateur d'Open Russia. Vladimir Kara-Mourza était, depuis son départ du parti d'opposition Parnas, le coordinateur des activités en Russie du mouvement Open Russia, fondé par l'oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski. Il avait notamment piloté un projet cherchant à soutenir de jeunes opposants lors des dernières élections législatives, en septembre. L'opposant a l'intention de poursuivre ses activités politiques, a assuré son avocat.