Visite surprise du chef de la défense américaine en Afghanistan

  • A
  • A
Visite surprise du chef de la défense américaine en Afghanistan
Ashton Carter s'est rendu sur la base militaire de Bagram, touchée par un attentat suicide en novembre@ Kazuhiro NOGI / POOL / AFP
Partagez sur :

Alors que le dossier afghan n'a été que peu évoqué durant la campagne présidentielle américaine, le secrétaire américain à la Défense s'est rendu à Bagram vendredi.

Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a atterri vendredi en Afghanistan pour une visite surprise, alors que l'incertitude demeure sur la future stratégie de Donald Trump au sujet du plus long conflit impliquant les États-Unis.

"S'informer des derniers efforts en cours". Ashton Carter devrait rencontrer le président afghan Ashraf Ghani ainsi que les troupes américaines. "Le secrétaire à la Défense arrive en Afghanistan pour rendre visite aux troupes, s'informer des derniers efforts en cours pour soutenir les forces de sécurité afghanes, et rencontrer de hauts responsables" a indiqué un porte-parole du Pentagone, Peter Cook, sur Twitter.



Une stratégie américaine encore trouble envers ce pays. L'Afghanistan n'a été que très peu évoqué lors d'une campagne présidentielle américaine acharnée, bien qu'il s'agisse d'un des dossiers les plus chauds qui attendent le nouveau président. Donald Trump a donné inhabituellement peu de détails sur ses projets en terme de politique étrangère, y compris sur l'Afghanistan, où 10.000 militaires américains sont toujours déployés après 15 ans de conflit. Les talibans sont à l'offensive à travers le pays en dépit de l'approche de l'hiver, qui signale habituellement une trêve saisonnière des combats, et de l'intensification des efforts internationaux pour relancer des pourparlers de paix.

Une base américaine touchée par un attentat. Ashton Carter a atterri à Bagram, la plus grande base militaire américaine en Afghanistan, au sein de laquelle quatre Américains avaient été tués dans un attentat suicide en novembre. Les talibans avaient revendiqué cet attentat perpétré à l'intérieur de la base lourdement fortifiée située au nord de Kaboul. Seize militaires américains et un Polonais avaient également été blessés.