Violences et intimidation en Iran

  • A
  • A
Violences et intimidation en Iran
Partagez sur :

Au moins 10 personnes seraient mortes samedi. Le ton monte sur le front de la diplomatie.

Situation toujours tendue en Iran. La télévision publique iranienne a fait état dimanche de 10 morts et plus de 100 blessés dans les "émeutes" de la veille à Téhéran. Elle a en revanche démenti que plusieurs civils étaient morts dans l'incendie d'une mosquée au cours des manifestations de l'opposition contrairement à ce qu'elle avait d'abord rapporté.

Le président américain Barack Obama a appelé samedi soir le gouvernement iranien "à mettre fin aux violences et aux actions injustes contre son propre peuple" alors que les manifestations se poursuivent à Téhéran pour dénoncer le résultat de l'élection présidentielle. Une intervention qui semble servir de déclencheur dans le changement de ton de Téhéran.

En effet, les autorités iraniennes dénoncent les influences extérieures, notamment britannique et américaine, sur les manifestations. En conséquences, le correspondant de la BCC à Téhéran va être expulsé sous 24h. L'agence de presse proche du gouvernement indique qu'il aurait "soutenu" les émeutiers. La Grande-Bretagne a nié "catégoriquement" les accusations iraniennes.

Sur le front intérieur, l'ex-candidat Mir Hossein Moussavi a appelé le gouvernement à autoriser les manifestations légales organisées par ses partisans. Un peu plus tôt, l'ancien premier ministre s'était déclaré prêt au "martyre" et avait appelé ses supporters à lancer une grève nationale s'il était arrêté par les autorités.

Faezeh Rafsandjani, fille de l'ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani, a été interpellée samedi au cours d'un rassemblement de l'opposition à Téhéran. Pour leur sécurité, ils ont été transférés dans la base militaire la plus proche et y ont été gardés jusqu'à la fin des troubles, écrit l'agence en laissant entendre qu'ils ont été libérés par la suite.

Sur le plan politique, le Conseil des Gardiens, qui s'est dit prêt à un recomptage de 10% des urnes, choisies au hasard, doit rendre sa décision d'ici mercredi.

> L’Europe prépare sa réaction

> VIDEO - Dix jours en Iran pour Europe 1