Vietnam : les dessous des émeutes anti-chinoises

  • A
  • A
Vietnam : les dessous des émeutes anti-chinoises
De violentes manifestations anti-chinoises secouent le Vietnam depuis plusieurs jours.@ REUTERS
Partagez sur :

POURQUOI CA CHAUFFE - Depuis quelques jours, des manifestants vietnamiens s’en prennent aux intérêts chinois dans leur pays.

 Au Vietnam, on n’avait pas vu cela depuis des décennies. Le pays est secoué depuis mardi par une brusque poussée de fièvre anti-chinoise, qui a déjà causé la mort d’un ouvrier chinois et fait une centaine de blessés. Pékin a réagi jeudi en accusant le gouvernement vietnamien de "connivences" avec les manifestants hostiles aux Chinois. Europe1.fr vous explique pourquoi.

Ce qui a tout déclenché. Ce n’est pas un secret : entre Pékin et Hanoï, cela n’a jamais été l’amour fou. Depuis longtemps, le différend couve entre les deux voisins à propos des archipels des Paracels et des Spratleys, dont les fonds sont supposés riches en pétrole et qui constituent d’importantes voies maritimes. Quand la Chine a annoncé, début mai, le déploiement d’une plateforme pétrolière dans des eaux disputées par le Vietnam, l’hostilité a carrément monté d’un cran. L’acte est jugé "provocateur" par les Etats-Unis, et "illégal" par le Vietnam, qui exige le retrait de la plateforme. Des navires ont été déployés dans les eaux disputées par les deux pays et se sont affrontés, à coups de… canons à eau.

Des images de la "bataille navale" :

Des émeutes dans 22 provinces sur 63. Le différend maritime s’est rapidement propagé à la terre ferme. Au Vietnam, des manifestations anti-chinoises ont lieu régulièrement, mais sans jamais atteindre cette ampleur. Dès dimanche, un millier de personnes ont manifesté à Hanoï devant l’ambassade de Chine. Deux jours plus tard, ils étaient plusieurs milliers de travailleurs des zones industrielles à protester dans les rues, mettant le feu à des usines chinoises. Et jeudi, les violences se sont déjà étendues à 22 des 63 provinces du pays. Certains manifestants ne sont pas regardants : des entreprises taïwanaises, sud-coréennes et japonaises ont aussi été visées car estampillées comme "chinoises". Sous pression, plus de 600 Chinois ont en outre quitté le Vietnam pour se réfugier au Cambodge. Sur son site de conseils aux voyageurs, le ministère français des Affaires étrangères français ne déconseille cependant pas de se rendre dans le pays.

Manifestations au Vietnam

© REUTERS


La promesse de "mesures sévères". D’habitude, le régime vietnamien, autoritaire et à parti unique, ne tolère aucune contestation. Mais cette fois, pour marquer son mécontentement envers Pékin, il a autorisé les premières manifestations anti-chinoises, qui ont été couvertes avec enthousiasme dans les médias d’Etat, note le Washington Post. Mais la situation semble avoir échappé aux dirigeants du pays, qui ont fini par promettre mercredi des "mesures sévères" pour rétablir l’ordre, afin de ne pas effrayer les investisseurs étrangers. Ironie du sort, le scénario rappelle celui des émeutes de 2012 en Chine, relève The Guardian : à l’époque, un différend territorial entre Pékin et Tokyo sur les îles Senkaku avait provoqué une flambée de violences anti-japonaises en Chine, sous l’œil presque bienveillant des autorités de... Pékin. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

DISCORDE - Retour sur les tensions Chine-Japon

ZOOM - Les îles Senkaku, un archipel au coeur de la discorde

CYCLISME - Ça ne roule plus entre Chine et Japon