VIDÉO - Nouvelle violente passe d'armes entre Trump et la presse

  • A
  • A
VIDÉO - Nouvelle violente passe d'armes entre Trump et la presse
Donald Trump et un journaliste de CNN (à gauche, debout) ont un échange musclé en pleine conférence de presse. @ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

Le président américain a eu un échange musclé avec deux journalistes, lors d'une conférence de presse au lendemain des midterms. 

Donald Trump s'en est une nouvelle fois violemment pris à plusieurs journalistes mercredi lors d'une conférence de presse organisée au lendemain des élections de mi-mandat, concentrant ses piques sur le correspondant de CNN à la Maison-Blanche. "Ça suffit, rendez le micro", a lancé Donald Trump à Jim Acosta après un long échange houleux avec le journaliste sur la question de la "caravane" de migrants d'Amérique centrale se dirigeant vers la frontière américaine.

Jim Acosta, qui avait déjà subi les foudres du milliardaire, a pourtant continué à l'interroger alors que le président s'éloignait du pupitre pour ne pas répondre. "CNN devrait avoir honte de vous employer, vous êtes très impoli et une personne horrible", lui a-t-il lancé. Le journaliste qui a succédé ensuite à Jim Acosta au micro a pris la défense de son confrère, le saluant comme un "reporter scrupuleux".

Il accuse une journaliste noire d'être "raciste". "Je suis pas un de vos grands fans, pour être honnête" et "vous n'êtes pas le meilleur", a rétorqué Donald Trump, avant de répondre à sa question. Il a également fait taire une autre journaliste de CNN, April Ryan, qui tentait de lui poser une question sans avoir le micro.

Le président a ensuite accusé une journaliste noire d'être "raciste" après avoir été interrogé sur sa rhétorique "nationaliste" qui aurait fait le jeu des suprématistes blancs, avant de qualifier ironiquement un autre reporter de "beauté". "Je fais l'objet d'une couverture (médiatique) très inexacte", a-t-il ensuite affirmé. "Je pourrais faire quelque chose de fantastique, et ils (les journalistes, ndlr) en feraient quelque chose de mauvais".

Des relations très tendues avec une partie de la presse. A la fin de la conférence de presse qui aura duré près d'1h30, il a espéré que "le ton puisse s'améliorer mais cela commence avec les médias". "Je rends les coups et je ne me bats pas pour moi, mais pour le peuple de ce pays", a-t-il conclu. Le 45e président des États-Unis a de très mauvaises relations avec une partie de la presse américaine, dont CNN et les grands réseaux CBS, ABC et NBC, ainsi que les quotidiens New York Times et Washington Post.

Il accuse régulièrement ceux qu'il qualifie de "médias Fake News" d'être les "ennemis du peuple" instillant la division dans la population. Il privilégie les entretiens avec Fox News, la chaîne d'information en continu préférée des conservateurs.