VIDEO - Edouard Elias, derrière l'objectif

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW - Le jeune photographe, tout juste libéré de Syrie où il a été retenu en otage pendant 10 mois, évoque ses premiers reportages.

"Tu sais, moi, les photos… Même en vacances, je les rate toutes ! ". Eclat de rire signé Didier François, une semaine avant son départ en Syrie. Nous sommes en juin 2013. A l’époque, l’idée est de trouver de nouveaux formats, de mélanger le son et l’image sur le site Europe1.fr. On réfléchit. "Pour la photo, je connais un jeune mec qui a vraiment du talent ", glisse Didier.

Quelques jours plus tard, notre grand reporter débarque à la rédaction avec Edouard Elias. Un jeune mec qui a effectivement du talent. Edouard est photographe indépendant, il n’a que 21 ans mais déjà une solide expérience, en Syrie notamment. Pas du genre "chien fou", non, c’est tout le contraire. Posé, réfléchi, Edouard parle peu et préfère montrer son travail.

Ses photos sont justes, humaines. Elles sont difficiles, souvent  –c’est la guerre, après tout- mais elles sont humaines. "Edouard ne vole jamais ses images, il prend le temps de discuter  avec les gens, de les connaître", nous dira plus tard son grand-père.

Edouard est volontaire. Europe 1 aura donc deux envoyés spéciaux en Syrie : Didier au micro, Edouard derrière l’objectif.

Le 6 juin, nos deux grands reporters sont enlevés sur la route d’Alep. Aujourd’hui, ils sont libres. Nous sommes heureux de vous présenter le travail d’Edouard Elias. 

Cliquez ici pour visionner le diaporama des photos d'Edouard Elias :