Vers la fin des recherches en Turquie

  • A
  • A
Vers la fin des recherches en Turquie
231 personnes ont été sauvées grâce aux secours après le séisme, qui a fait 582 morts et plus de 2.600 blessés, selon un dernier bilan annoncé samedi par le vice-Premier ministre Besir Atalay.@ Reuters
Partagez sur :

Une semaine après le séisme à Van, dans l’est du pays, les recherches pourraient s’arrêter.

582 morts, c’est le dernier bilan du terrible séisme qui a frappé la Turquie dimanche dernier. Alors que les recherches ont permis de sauver des dizaines de sinistrés pendant toute cette semaine, elles commençaient à prendre fin samedi soir.

231 personnes sauvées par les équipes de secours

Ce sont plus de 230 personnes qui ont été sauvées grâce aux secours après le séisme, qui a fait 582 morts et plus de 2.600 blessés. La dernière personne retrouvée vivante, sauvé 108 heures après le tremblement de terre de magnitude de 7,2, à Ercis est un garçon de 12 ans.

Le vice-Premier ministre, Besir Atalay, a expliqué que les recherches allaient bientôt prendre fin alors que certains chantiers se poursuivaient encore samedi dans l’après-midi. "Les secouristes travaillent encore dans les ruines de quatre immeubles d'Ercis. Ce soir ce sera terminé," a-t-il dit devant la presse. 

Après les recherches, opération déblayage

A Ercis, les secours et les pelleteuses travaillaient encore de concert, samedi dans la journée. Les premiers tentant de retrouver des survivants, les secondes déblayant les gravas et démolissant les restes d’immeubles inclinés. "Il n'est plus possible, à moins d'un gros miracle, de trouver des personnes en vie dans les débris, par ce froid", a expliqué sur la chaîne CNN-Türk, un secouriste et médecin turc.

A Van, autre ville particulièrement touchée par le séisme, après qu'un point final a été mis aux espoirs de nouveaux sauvetages, les bulldozers avaient commencé, jeudi, les travaux de déblaiements. Samedi, certains bâtiments lourdement endommagés et qui présentaient un risque ont été rasés.

De son côté, le président turc Abdullah Gül a critiqué dans un discours le manque de contrôles du respect des normes de construction, qui explique la présence de bâtiments de "mauvaise qualité". En effet, plus de 5.000 immeubles se sont effondrés à Van, relançant la polémique sur le non respect des normes sismiques et l'honnêteté des constructeurs.

Maintenir la mobilisation

Le vice-Premier Ministre turc a enfin tenu à remercier la communauté internationale "pour sa sensibilité" envers les sinistrés et affirmé que l'électricité, le gaz, l'eau courante et le réseau de télécommunication avaient été rétablis dans l'ensemble de la région. Mais, il a surtout appelé ses concitoyens à envoyer des vêtements chauds aux rescapés qui n’ont plus rien. En effet, le froid commence à s’installer dans la région où l’ont sait les hivers particulièrement rudes.

De son côté, le ministre de l’urbanisation Erdogan Bayraktar a affirmé que des logements seraient prêts pour les sinistrés d’ici septembre 2012 et qu’en attendant, ils seraient logés dans des conteneurs et des maisons préfabriquées