Vente d'avions à l'Iran : Airbus dit avoir obtenu une autorisation de livraison de la part des Etats-Unis

  • A
  • A
Vente d'avions à l'Iran : Airbus dit avoir obtenu une autorisation de livraison de la part des Etats-Unis
Airbus a signé un protocole d'accord avec l'Iran portant sur la vente de plus d'une centaine d'appareils. @ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Fin janvier, l'Iran et Airbus avaient signé un protocole d'accord portant sur la fourniture de 118 appareils, pour un montant de 10 à 11 milliards de dollars.

Airbus a annoncé mercredi avoir obtenu une première autorisation de la part des Etats-Unis pour la livraison d'avions de ligne à l'Iran. L'avionneur a également dit s'attendre à obtenir la seconde "dans les semaines qui viennent", alors que le contrat annoncé avec l'Iran en janvier dernier était soumis à ces approbations. "Airbus a demandé deux licences et la première a été accordée hier soir (mardi, ndlr)", a déclaré un porte-parole du groupe. "Nous pensons que la seconde licence sera accordée dans les semaines qui viennent", a-t-il ajouté.

Fin janvier, l'Iran et Airbus avaient signé un protocole d'accord portant sur la fourniture de 118 appareils, pour un montant de 10 à 11 milliards de dollars, mais ces ventes étaient soumises au feu vert des Etats-Unis car les avions sont équipés en partie de composants en provenance des USA. Selon l'avionneur européen, ces licences couvrent des moyen-courriers A320 et des long-courriers A330, selon l'avionneur.

Tentative de blocage de la vente par le congrès. Le Congrès américain a tenté de bloquer une vente de Boeing à l'Iran, et cela aurait pu affecter celle de l'avionneur européen. Mais le patron d'Airbus, Fabrice Brégier, avait estimé lors du salon aéronautique de Farnborough que la vente de ses avions à l'Iran ne devrait pas être affectée par l'attitude du Congrès américain.

Airbus souligne qu'il est le premier groupe a avoir signé un accord avec l'Iran dans le cadre du JPCOA, le plan d'action conjoint visant à lever les sanctions imposées à l'Iran par les États-Unis, l'Union européenne et les Nations Unies.