Venezuela : la France "condamne les violences" et lance un appel européen "à une désescalade"

  • A
  • A
Venezuela : la France "condamne les violences" et lance un appel européen "à une désescalade"
Manifestants et forces de l'ordre ne cessent de s'affronter depuis plusieurs mois au Venezuela autour, notamment, de l'élection d'une Assemblée constituante acquise au président Maduro@ JUAN BARRETO / AFP
Partagez sur :

La France "continuera d'appuyer toute médiation qui permettrait la reprise d'un dialogue crédible, sincère et sérieux entre le gouvernement et l'opposition", déclare la présidence dans un communiqué.

La France "condamne les violences" en cours au Venezuela et se fait vendredi l'écho d'un appel européen à "la désescalade", selon un communiqué de l'Élysée.

Le dialogue, "seule issue possible". "La France, en concertation avec ses partenaires européens et en soutien des efforts des pays de la région, continuera d'appuyer toute médiation qui permettrait la reprise d'un dialogue crédible, sincère et sérieux entre le gouvernement et l'opposition", a ajouté la présidence, estimant que le dialogue est "la seule issue possible" à la crise née de l'élection contestée dans le pays sud-américain d'une nouvelle Assemblée constituante dimanche dernier.

"Un nouveau palier dans la confrontation". "La France déplore l'évolution de la situation au Venezuela et condamne les violences, qui se sont aggravées au cours des derniers jours et ont fait, à nouveau, de nombreuses victimes", poursuit l'Élysée. "L'arrestation de Leopoldo Lopez et Antonio Ledezma (deux figures de l'opposition, ndlr) mardi 1er août est à cet égard un nouveau signal très négatif. Elle marque un nouveau palier dans la confrontation et n'est pas de nature à faciliter le rétablissement de la confiance", affirme l'Elysée.

Appel à un retour au fonctionnement normal des institutions. La France, de concert avec l'Union européenne, appelle "à une désescalade" et "au respect des droits de l'Homme, de l'État de droit et des libertés fondamentales". "Nous espérons le retour à un fonctionnement normal des institutions dans les meilleurs délais", indique encore l'Élysée.

Une assemblée très controversée. La très contestée Assemblée constituante portée par le président du Venezuela Nicolas Maduro doit débuter ses travaux vendredi, en dépit du rejet de l'opposition et de la réprobation de la communauté internationale. Dotés de pouvoirs illimités durant un temps indéfini, ses 545 membres sont pour la plupart issus de la société civile et appartiennent tous au camp présidentiel, l'opposition ayant boycotté le scrutin.

L'élection dimanche de cette Assemblée, entachée par des violences qui ont fait dix morts, a suscité un tollé international et fait l'objet d'une enquête sur une possible manipulation des chiffres de la participation. Plus de 120 personnes ont été tuées en quatre mois de manifestations contre le président, au pouvoir depuis la mort d'Hugo Chavez en 2013.