Venezuela : gouvernement et opposition s'accordent sur un calendrier de discussions

  • A
  • A
Venezuela : gouvernement et opposition s'accordent sur un calendrier de discussions
Un calendrier de discussions a été élaboré lors d'une rencontre entre Nicolas Maduro et l'opposition. Ils se reverront le 11 novembre prochain.@ RONALDO SCHEMIDT / AFP
Partagez sur :

Ils se retrouveront le 11 novembre prochain pour travailler sur quatre thèmes, afin de trouver une issue à la grave crise économique que traverse le pays.

Le gouvernement vénézuélien et l'opposition se sont mis d'accord sur un calendrier de discussions destinées à résoudre la grave crise politique que traverse le pays, a annoncé lundi l'envoyé du Vatican Claudio Maria Celli. Les parties sont convenues de se retrouver le 11 novembre à Caracas.

Faire partir Maduro. Cette annonce a été faite à l'issue d'une rencontre entre des représentants du président Nicolas Maduro et de l'opposition de centre droit, avec la médiation du Vatican et de l'Unasur (Union des nations sud-américaines). L'opposition cherche par tous les moyens à faire partir le président socialiste, qu'elle juge responsable de l'une des pires crises économiques de l'histoire du pays.

Quatre thèmes de travail. Les pourparlers tourneront autour de quatre thèmes qui seront abordés par des groupes séparés, mis en place "immédiatement", selon un communiqué lu par Claudio Maria Celli après une première "réunion plénière du dialogue national". Les thèmes abordés sont "Paix, respect de l'état de droit et de la souveraineté", "Vérité justice, droits humains, dédommagements des victimes et réconciliation", "Economique et social" ainsi que "Etablissement de la confiance et calendrier électoral", selon le document.

Réduire l'agressivité des débats. "Dans l'objectif de maintenir et préserver un climat de paix et d'entente, le gouvernement et l'opposition se sont engagés à réduire l'agressivité dans le ton du débat politique", selon le texte, lu par Claudio Maria Celli au côté du secrétaire général de l'Unasur, l'ex-président colombien Ernesto Samper.