Venezuela : des députés seront jugés pour l'"attentat" contre Maduro

  • A
  • A
Venezuela : des députés seront jugés pour l'"attentat" contre Maduro
L'Assemblée constituante va inscrire dans son ordre du jour la "suppression de l'immunité parlementaire des députés impliqués" dans "l'attentat". Image d'illustration.@ FEDERICO PARRA / AFP
Partagez sur :

Nicolas Maduro a aussi impliqué mardi l'opposant Julio Borges, actuellement en exil, dans l'"attentat" dont il prétend avoir été la cible. 

L'Assemblée constituante vénézuélienne entamera mercredi un processus visant à traduire en justice des députés de l'opposition. Ces derniers sont accusés d'être impliqués dans l'attaque présumée aux drones contre le président Nicolas Maduro, a annoncé mardi cette assemblée dotée de pouvoirs illimités.

Supprimer leur immunité. Le président de l'Assemblée constituante, Diosdado Cabello, a convoqué une session qui aura pour unique ordre du jour la "suppression de l'immunité parlementaire des députés impliqués" dans "l'attentat" contre Nicolas Maduro. Selon les autorités vénézuéliennes, deux drones chargés chacun d'un kilo de C4, un puissant explosif militaire, ont explosé à proximité de la tribune présidentielle lors d'une parade militaire samedi à Caracas, blessant sept soldats.

Julio Borges aussi accusé... Simultanément à l'annonce de l'Assemblée constituante, Nicolas Maduro a impliqué l'opposant Julio Borges, ancien président du Parlement, actuellement en exil, dans l'"attentat" dont il dit avoir été la cible. Julio Borges est l'une des figures les plus connues de l'opposition vénézuélienne. Le président Maduro a accusé Julio Borges et un député de l'opposition, Juan Requesens, d'être impliqués dans cet "attentat" lors d'une longue allocution diffusée sur la radio et la télévision officielles. 

... dénonce une "farce". Julio Borges a dans la foulée qualifié de "farce" l'"attentat" dont le président Nicolas Maduro dit avoir été la cible. "Ni le pays ni le monde ne croient à ta farce de l'attentat", a-t-il écrit sur Twitter. "Nous savons tous que c'est un montage pour nous poursuivre et pour nous condamner, nous qui nous opposons à ta dictature".



Un député déjà arrêté. La formation d'opposition à laquelle Juan Requesens appartient, Primero Justicia, a annoncé que ce député et sa sœur avaient été arrêtés mardi par le service vénézuélien du renseignement, le Sebin. "Le député Juan Requesens et sa sœur Rafaela ont été capturés et frappés par 14 hommes du Sebin", a déclaré Primero Justicia sur son compte Twitter.