Vatican : un tribunal pour juger les évêques couvrant des abus sexuels

  • A
  • A
Vatican : un tribunal pour juger les évêques couvrant des abus sexuels
@ VINCENZO PINTO / AFP
Partagez sur :

Le pape a annoncé la création d’une instance judiciaire chargée de juger les évêques couvrant les abus sexuels commis au sein de l’Église catholique.

Le Vatican veut en finir avec les scandales. Le pape François a donné son feu vert mercredi à la création d'une instance judiciaire chargée de juger les évêques dans le cas où ils auraient couvert des abus sexuels commis par des prêtres dans leur diocèse, une revendication de longue date des associations de victimes. L’église catholique a été ébranlée par plusieurs scandales ces dernières années, notamment en Irlande, où le cardinal Sean Brady avait couvert des actes de pédophilie commis par un prêtre.

Un secrétaire spécialement nommé. Les évêques, qui sont plus de 5.000 dans le monde, pourront être jugés en cas de "manquement à leur devoir professionnel", en vertu du droit canon, par cette "nouvelle instance judiciaire à l'intérieur de la Congrégation pour la doctrine de la foi" (CDF). Le premier procès s'ouvrira d'ailleurs le 11 juillet. "L'ancien nonce apostolique en République dominicaine, Jozef Wesolowski", sera alors jugé. La CDF, ancien Saint-Office, est chargée au Vatican de veiller dans l’Église entière au respect du droit canon. 

Le pape a ordonné la nomination de personnel supplémentaire pour ces nouvelles fonctions, a précisé le porte-parole du Saint-Siège. Ce personnel "pourra aussi être employé pour les procès pénaux dans des cas d'abus de mineurs et d'adultes vulnérables (handicapés) de la part du clergé", a précisé le Vatican. Une période de cinq ans a été prévue pour évaluer "l'efficacité" du nouveau dispositif.

La hantise du scandale en Irlande. Le pape a suivi les recommandations de la commission de 17 membres, des religieux et des laïques dont huit femmes, créée l'an dernier pour examiner les moyens de lutter contre les abus sexuels sur mineurs commis par des ecclésiastiques. Les associations d'anciennes victimes de prêtres pédophiles réclamaient depuis longtemps que le fait pour un évêque d'avoir couvert les abus sur mineurs par des prêtres de son diocèse soit un délit reconnu et puni par le Vatican.

Un retentissant scandale avait ébranlé l’Église catholique, en Irlande. En mai 2012, un documentaire de la BBC avait accusé le cardinal Sean Brady, chef de l’Église catholique du pays, d’avoir couvert des abus sexuels commis par un prêtre dans les années 1970, jusque dans les années 1990. L’ecclésiaste avait reconnu "avoir participé à une culture inutile du silence dans la société et l’Église qui appartient heureusement à une époque révolue", comme le précisait La Croix. La dernière affaire a fait beaucoup de bruit, car elle concerne le cardinal australien George Pell, tout puissant "ministre" de l’Économie du pape. Ce dernier est accusé par une ancienne victime d'avoir refusé de prendre au sérieux sa plainte contre un prêtre. Mais le cardinal nie en bloc ces accusations.