Valls : la Russie ne doit "pas se tromper de cibles" en Syrie

  • A
  • A
Valls : la Russie ne doit "pas se tromper de cibles" en Syrie
@ AFP
Partagez sur :

Pour le Premier ministre Manuel Valls, la Russie ne doit "pas se tromper de cibles" en Syrie en frappant d'autres organisations que le groupe Etat islamique. 

La Russie "ne doit pas se tromper de cibles" en Syrie en frappant d'autres organisations que le groupe Etat islamique, a appelé dimanche le Premier ministre français Manuel Valls, rappelant par ailleurs la nécessité d'épargner les civils.

"Il faut frapper les bonnes cibles". "Le Président de la République l'a rappelé très clairement à l'occasion de sa rencontre avec Vladimir Poutine vendredi dernier à Paris: il ne faut pas se tromper de cibles", a déclaré le chef du gouvernement à la presse en marge de son déplacement au Japon, en réponse à une question sur les frappes russes et la stratégie de Moscou en Syrie. "Il faut frapper les bonnes cibles, et en l'occurrence (l'organisation Etat islamique) Daech. Si Daech est cet ennemi qui s'attaque à nos sociétés, et c'est vrai évidemment pour la France, ça peut être vrai aussi pour la Russie, donc c'est bien Daech qu'il faut frapper, c'est ce que fait la France, et nous invitons chacun à ne pas se tromper de cibles", a-t-il insisté.

"On ne peut pas s'attaquer aux civils". "La deuxième condition, c'est qu'on ne peut pas s'attaquer aux civils. Et notamment vous le savez le régime de Bachar (al-Assad, le président syrien) continue à utiliser des barils d'essence, des armes chimiques contre les civils et ça c'est intolérable", a poursuivi Manuel Valls, rappelant également "la troisième condition", à savoir une transition politique sans Bachar al-Assad.

La position russe face aux doutes des Occidentaux. La Russie a réaffirmé samedi cibler le groupe Etat islamique (EI) en Syrie, faisant état de 60 frappes en trois jours, mais les Etats-Unis ont réitéré leurs critiques envers Moscou, qui chercherait en priorité à défendre le régime. D'après les renseignements britanniques, seules 5% des frappes russes en Syrie ont visé l'EI, la majorité des raids ayant "tué des civils" et visé l'opposition modérée.