USA : Trump veut changer la loi pour torturer les djihadistes

  • A
  • A
USA : Trump veut changer la loi pour torturer les djihadistes
@ David Calvert / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Le candidat républicain à la Maison-Blanche a indiqué dimanche qu'il souhaitait modifier les lois interdisant la torture aux Etats-Unis. 

Donald Trump change (encore) d'avis sur la torture. Le candidat républicain à la Maison-Blanche, donné favori pour l'investiture, a indiqué dimanche qu'il souhaitait modifier les lois interdisant la torture aux Etats-Unis, quelques jours après avoir été accusé de revirement sur le sujet. "Je n'ai pas fait volte-face. Je dis que je vais respecter la loi", a affirmé Donald Trump sur Fox News.

"Les djihadistes du groupe Etat islamique "n'ont pas de règles, de réglementations ou de lois, et nous en avons de très strictes", a relevé le milliardaire.  "Je les respecte, mais je ne suis pas ravi de cela", a-t-il poursuivi, soulignant qu'il aimerait "discuter de ces lois" car "nous ne jouons pas sur le même terrain".

"Je n'ai pas fait volte-face." "Je n'ai absolument pas fait volte-face. J'obéis à la loi mais (...) je voudrais que certaines lois soient élargies", a fait savoir dimanche l'homme d'affaires, cible de vives critiques depuis vendredi y compris dans son propre camp. Durant sa campagne, et encore évoqué lors d'un débat avec ses concurrents jeudi soir, il a promis de torturer les terroristes et de tuer leurs familles. Mais dans une déclaration vendredi au Wall Street Journal, il a indiqué que s'il était élu, il respecterait les lois.

"J'utiliserai tout mon pouvoir légal pour arrêter ces ennemis terroristes. Je comprends, cependant, que les Etats-Unis sont liés par des lois et des traités et je ne demanderai pas à notre armée ou à d'autres responsables de violer la loi", a écrit le milliardaire au journal. Le gouvernement Bush a banni en 2006 l'usage de la simulation de noyade ("waterboarding") ou d'autres techniques d'interrogatoire poussées, après le scandale suscité par leur utilisation, notamment par la CIA sur des suspects de terrorisme.