URGENT - DSK : le juge refuse de classer la plainte

  • A
  • A
URGENT - DSK : le juge refuse de classer la plainte
@ REUTERS
Partagez sur :

Le juge a rendu sa décision mardi et a rejeté l'immunité diplomatique invoquée par les avocats de DSK.

C’est non, et c'est désormais officiel. Comme l'avait annoncé le New York Post, le juge McKeon a refusé de classer sans suite la plainte contre Dominique Strauss-Kahn. Il a ainsi rejeté, mardi, la demande d'immunité diplomatique que DSK avait fait valoir contre cette procédure au civil lancée il y a près d’un an, le 8 août 2011, par Nafissatou Diallo.

"Une réputation de mille ans peut être remise en cause par la conduite d'une heure". C’est par cette citation extraite du rapport annuel du FMI de 2011, que le juge a commencé, écrit le New York Post. "Un juge du Bronx a rejeté l’immunité absolue invoquée par les avocats de DSK", poursuit le tabloïd américain. "Confronté à la loi bien établie selon laquelle sa démission volontaire du FMI a mis fin à l'immunité qu'il pouvait avoir, Dominique Strauss-Kahn a tenté (juridiquement parlant) de jouer son va-tout", aurait écrit le juge dans une décision de douze pages que s'est procurée Le Figaro.

Les avocats de DSK sont déçus

"Nous sommes déçus que le tribunal n'ait pas accédé à notre demande de classer la plainte au civil contre Dominique Strauss-Kahn. Il est déterminé à se battre contre les accusations portées contre lui, et nous avons confiance dans le fait qu'il l'emportera", ont déclaré dans un communiqué, mardi, William Taylor et Amit Mehta, les avocats de DSK.

Quant aux avocats de Nafissatou Diallo, ils sont "extrêmement contents de la décision". "Nous avons dit tout du long que cette demande désespérée d'immunité était une tactique visant à retarder la procédure, et nous attendons avec impatience qu'il soit mis en face de ses responsabilités, pour l'agression sexuelle brutale qu'il a commise", ont ajouté les avocats Douglas Wigdor et Kenneth Thompson.

Vers un procès civil

Après l'abandon des poursuites dans le volet pénal de cette affaire, cette décision ouvre la voie aux préparatifs d'un procès civil, avec jury populaire. Les avocats des deux parties peuvent cependant faire appel de sa décision, et les avocats de DSK avaient déjà évoqué cette possibilité en cas de rejet.

La majorité des procédures civiles se soldent en fait par un accord financier aux Etats-Unis. D'autant plus que le juge McKeon est favorable à de tels règlements amiables, qui permettent d'éviter la tenue d'un procès. Mais jusqu'à présent, ni les avocats de Nafissatou Diallo ni ceux de DSK n'ont voulu l'envisager.