Une rescapé à Ouagadougou : "il fallait faire semblant d'être mort"

  • A
  • A
Une rescapé à Ouagadougou : "il fallait faire semblant d'être mort"
@ Capture d'écran Youtube
Partagez sur :

GLAÇANT - Une femme a réussi à échapper aux attaques perpétrés samedi à Ouagadougou. Elle raconte l'horreur des attaques. 

Au moins 23 personnes de 18 nationalités ont été tuées lors de l'attaque djihadiste au centre ville de Ouagadougou, selon un bilan provisoire samedi matin. Quatre djihadistes, dont deux femmes, ont également été tués lors de l'attaque. Un cinquième djihadiste était encore retranché dans le bar Taxi Brousse, samedi matin à 11h. Plus de 120 personnes ont réussi à échapper à ce massacre. L'une d'entre elles raconte la violence des scènes. 

"Dès que tu soulevais la tête, on t'abattait". "Ils ont commencé à tirer, tirer...", explique-t-elle dans une vidéo repérée par FTVI. Cette femme était avec des amis au Capuccino quand le café-restaurant a été pris pour cible par les terroristes. "Dès que tu soulevais la tête, on t'abattait directement", poursuit-elle. "Il fallait faire semblant d'être morte. On venait même nous toucher les pieds pour voir si quelqu'un est vivant ou pas. Si tu es vivant on te tire dessus". 


"Impossible de respirer". "Quand ils sont montés, ils ont allumé le feu", rembobine cette rescapée. "La salle a été brûlée. On était dedans. Il était impossible de respirer. C'était difficile. Et même dans la fumée, dès que tu essayais de t'échapper, à la porte, ils étaient là. On t'abattait automatiquement". 

Splendid-Hôtel

Aux alentours de 11h30, la police burkinabé a annoncé avoir mis un terme aux opérations. Selon un premier bilan, cinq djhadistes auraient été abattus.