Une marche en hommage à Hervé Gourdel

  • A
  • A
Une marche en hommage à Hervé Gourdel
@ Reuters
Partagez sur :

DERNIER HOMMAGE – Entre trois et six mille personnes ont marché dans les rues de Nice en guise de dernier hommage à Hervé Gourdel, décapité dans les montagnes de Kabylie.

Roses et portraits pour fleurir la mémoire d'Hervé Goudrel. Des roses blanches, des photos d’Hervé Gourdel. Le cortège qui sillonnait silencieusement les rues de Nice samedi a rendu un hommage tout en retenue à Hervé Gourdel, l’otage français assassiné par un groupe de djihadistes dans les montagnes de Kabylie. Partis du port, les quelques milliers de marcheurs se sont ensuite recueillis devant la scène du théâtre de Verdure où a été lu un court éloge funèbre du guide de haute-montagne. La marche, à laquelle a pris part la famille, s'est déroulée dans un silence impressionnant.  Immédiatement derrière une grande banderole où était inscrit "Hommage à Hervé Gourdel, Nice le 27 septembre", étaient regroupés élus du département et représentant des différents cultes.

>> LIRE AUSSI - La famille d'Hervé Gourdel prône la retenue

"L'indélébile visage d'un ami". "Nous garderons de toi l'indélébile visage de l'ami", a déclaré sur la scène du théâtre, la voix pleine d'émotion, Michel Bricola, avec lequel Hervé Gourdel avait fondé le bureau des guides de St-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes. Entouré d'une quinzaine d'autres guides, cet ami proche de l'otage français a aussi salué sa "passion débordante pour la montagne", rappelant qu'il avait été "formateur-accompagnateur des guides marocains" et qu'il avait gardé "un profond attachement pour ces montagnards". Sur cette même scène étaient posés sur chevalet plusieurs grands portraits d'Hervé Gourdel.

"Au nom de la famille, nous remercions les innombrables messages de sympathie que nous avons reçus et auxquels nous n'avons pas encore eu le temps de répondre", a également déclaré M. Bricola, dont la courte allocution a été suivie d'une "Marseillaise", entonnée spontanément par la foule. Un registre de condoléances a également été ouvert.

>> LIRE AUSSI - "Halte à la barbarie", le cri des musulmans de France 

Les hommages se multiplient dans le pays. Dans l'ensemble du pays, les drapeaux resteront en berne jusqu'à dimanche à la demande de l'Elysée, et les hommages se poursuivront tout le week-end. Un collectif d'associations, syndicats et partis (SOS Racisme, Licra, Jeunes socialistes, CGT, PCF...) appelle ainsi à un "rassemblement républicain" dimanche à Paris. A Lyon, le recteur de la Grande Mosquée souhaite organiser un grand rassemblement interreligieux mercredi prochain "pour s'opposer à la violence quelle qu'elle soit."