Une journaliste américaine enlevée en RDC retrouvée "saine et sauve"

  • A
  • A
Une journaliste américaine enlevée en RDC retrouvée "saine et sauve"
@ DESIREY MINKOH / AFP
Partagez sur :

Onze gardes d'une réserve animalière et une journaliste américaine avaient été enlevés par des miliciens dans le nord-est de la République démocratique du Congo.

Une journaliste américaine enlevée par des miliciens a été retrouvée "saine et sauve" dimanche par l'armée congolaise en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a déclaré un haut responsable régional.

"La journaliste américaine Lisa Dupuy a été retrouvée saine et sauve dans la nuit de samedi à dimanche vers 03h00 (01h00 GMT) par des militaires des FARDC (Forces armées de la RDC) déployés pour la rechercher ainsi que 11 gardes du parc (animalier où ils travaillaient) qui manquaient à l'appel" depuis vendredi, a déclaré à l'AFP Pacifique Keta, vice-gouverneur de la province de l'Ituri.

"L'armée a tué aussi ces bandits". "L'armée a retrouvé la journaliste américaine. Elle est bien portante, mais quatre de nos écogardes et un civil qui servait de pisteur ont trouvé la mort lors des accrochages. L'armée a tué aussi ces bandits mais je ne sais combien de Maï-Maï Simba sont morts", a déclaré à l'AFP un responsable de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) sous couvert de l'anonymat.

Les Maï-Maï sont des groupes "d'autodéfense" constitués sur une base essentiellement ethnique. Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), nombre de ces groupes ont été armés par le pouvoir pour lutter contre des combattants ougandais ou rwandais. Certains n'ont jamais désarmé.  La Réserve de faune à okapis abrite de nombreuses espèces endémiques et menacées, dont un sixième de la population existante d'okapis (qu'on ne trouve qu'en RDC. Elle protège un cinquième de la forêt d'Ituri.