Une jeune Française disparaît en Egypte

  • A
  • A
Une jeune Française disparaît en Egypte
@ Reuters
Partagez sur :

La jeune femme, âgée de 25 ans, effectuait une escale au Caire, avant de regagner la France.

C'est une disparition bien mystérieuse qui s'est déroulée au Caire jeudi soir. Une Française de 25 ans a disparu de son hôtel lors d'une escale de quelques heures entre deux vols. La police a lancé des recherches dans toute l'Egypte. En vain.

Elle rentrait chez elle à Mulhouse. La jeune française a atterri jeudi soir dans la capitale à bord d'un vol d'Egypt Air en provenance d'Accra, la capitale du Ghana. Elle devait reprendre un avion pour la France vendredi matin, ont indiqué des responsables de la sécurité et du trafic de l'aéroport du Caire. Sauf que personne ne s'est présenté. D'après un responsable de la sécurité, la jeune femme devait se rendre à Mulhouse, où vit sa famille.

Déposée par le personnel dans sa chambre d'hôtel. Selon les premiers éléments de l'enquête, elle a pourtant bien été déposée par des "membres du personnel officiel de l'aéroport" à l'hôtel Baron, un quatre étoiles situé à environ 5 km des pistes. "Comme c'est la procédure pour une escale en transit de plus de 12 heures, la police de l'immigration a conservé son passeport et l'a emmenée dans un hôtel proche de l'aéroport. Elle devait se présenter au comptoir de la police le lendemain pour le récupérer avant de prendre son vol" pour la France, a expliqué l'une de ces sources, sous couvert d'anonymat.

L'ambassade de France mobilisée. La disparition inquiète l'ambassade de France en Egypte qui est en effet "complètement mobilisés sur son cas, en concertation constante avec les autorités égyptiennes", ajoute cette même source. "La Française est portée disparue, nous avons lancé des recherches dans tout le pays pour la retrouver. Elle n'est détenue dans aucune cellule, ni par aucune administration, nous tentons maintenant de déterminer les raisons de sa disparition, qu'il s'agisse d'un kidnapping ou d'une disparition volontaire", a déclaré un haut responsable des forces de sécurité, lui aussi sous couvert de l'anonymat.