Une Américaine kidnappée bébé est retrouvée 18 ans plus tard

  • A
  • A
Une Américaine kidnappée bébé est retrouvée 18 ans plus tard
A l'époque de son enlèvement, la photo du nouveau-né Kamiyah Mobley avait été largement diffusée@ capture d'écran CNN
Partagez sur :

Le nouveau-né avait été kidnappé seulement huit heures après sa naissance, en 1998, par une femme se faisant passer pour une infirmière.

Le 10 juillet 1998, seulement huit heures après sa naissance, une petite fille est enlevée dans un hôpital de Floride. Dix-huit ans plus tard et après une enquête de grande envergure, la jeune femme a été retrouvée dans la ferme de celle qu'elle pensait être sa mère, raconte le Telegraph samedi.

Kamiyah devenue Alexis. L'histoire avait fait les gros titres à l'époque de l'enlèvement. La mère de Kamiyah avait été approchée par une femme se faisant passer pour une infirmière de l'hôpital de Jacksonville en Floride et s'était enfuie avec le bébé. La police avait alors lancé un avis de recherche avec une récompense de 250.000 dollars à la clé (soit 235.000 euros). Ils avaient alors reçu plus de 2.500 indices, a raconté le shérif Mike Williams en charge de l'enquête. 

Mais ce n'est qu'en 2016 que l'enquête progresse grâce à deux nouveaux indices. Les enquêteurs sont alors guidés jusqu'à une ferme de Caroline du Sud où vitune jeune fille née le même jour que le bébé disparu. Une analyse ADN permet d'identifier la jeune fille rebaptisée Alexis Manigo. Sa mère "adoptive", 51 ans, a été inculpée pour enlèvement vendredi matin.



"Elle ressemble à son père". La jeune fille n'a pas subi de mauvais traitements et défend celle qu'elle appelait Maman sur sa page Facebook : "Ma mère m'a élevée avec tout ce dont j'avais besoin et tout ce que je désirais. Ma mère n'est pas une criminelle". Malgré ce retournement de situation, la jeune fille vit aussi bien que possible la situation. "Elle a beaucoup à intégrer, beaucoup à penser." Elle à l'air "en bonne santé" et "normale" a affirmé le shérif.



Sa famille a hâte de la rencontrer après avoir pu la voir pour la première fois en visio-conférence. "Elle ressemble tout à fait à son père", a même déclaré sa grand-mère paternelle. "Un cas comme celui-là n'était pas arrivé dans ce pays depuis longtemps ", conclut le shérif Mike Williams.