Une fatwa de Daech autorise le prélèvement d'organes

  • A
  • A
Une fatwa de Daech autorise le prélèvement d'organes
@ Marwan IBRAHIM / AFP
Partagez sur :

Des documents récupérés par les forces spéciales américaines prouvent que Daech a autorisé le prélèvement d'organes, suggérant que l'organisation alimente le trafic international.

Une fatwa - dans l'islam, un avis juridique donné par un spécialiste de loi islamique sur un domaine particulier - datée du 31 janvier 2015 et édictée par Daech indique qu'il est admis de prélever des organes "sur le corps d'un apostat" pour sauver la vie d'un musulman. Cet édit, selon la traduction qui en a été faite par les services fédéraux américains, indique même qu'il n'est pas interdit de retirer des tissus ou des organes sur un captif, même si l'opération conduit à sa mort.

Le document retrouvé par les Américains lors d'un raid. L'authenticité du texte n'a pas encore été prouvée, mais des responsables de l'administration américaine ont indiqué qu'il se trouvait parmi des documents découverts par les forces spéciales lors d'un raid mené en mai dernier dans l'est de la Syrie.

Le trafic d'organes comme moyen de financement ? La fatwa ne stipule pas explicitement que le trafic d'organes est autorisé. Mais elle apporte des justifications présentées comme religieuses à une pratique dont le gouvernement irakien a accusé le groupe djihadiste. Selon l'ambassadeur d'Irak auprès de l'ONU, des médecins qui refusaient de participer au trafic auraient été exécutés par l'organisation terroriste.