Une Espagnole trouvée momifiée chez elle, au moins 4 ans après sa disparition

  • A
  • A
Une Espagnole trouvée momifiée chez elle, au moins 4 ans après sa disparition
Selon le préfet de région le cadavre, découvert dans le couloir de l'appartement, ne présentait pas de signe de violence. (Illustration)@ LLUIS GENE / AFP
Partagez sur :

Selon le préfet de région, le cadavre découvert dans le couloir de l'appartement, ne présentait pas de signe de violence.

Le cadavre momifié d'une quinquagénaire a été découvert dans son appartement d'une petite ville du nord de l'Espagne, où ses voisins ne la voyaient plus depuis au moins quatre ans, selon la Garde civile et la presse locale.

"La garde civile a découvert le (lundi) 3 juillet le corps momifié d'une femme dans l'appartement qu'elle louait à Culleredo", une ville de près de 30.000 habitants proche de La Corogne, a expliqué un porte-parole de la Garde civile. Le préfet de région, cité par la presse locale, a déclaré que le cadavre avait été découvert allongé dans le couloir, ne présentait pas de signe de violence et que la femme devait être décédée de mort naturelle.

Le courrier s'entassait dans la boîte aux lettres. Le corps se serait desséché naturellement et les voisins ont assuré qu'aucune odeur de décomposition ne s'échappait de l'appartement. Selon le porte-parole de la Garde civile, "des voisins avaient porté plainte en affirmant que cette femme n'avait pas été vue depuis au moins quatre ans, que personne ne prenait son courrier et que son véhicule restait garé au même endroits avec une couche très épaisse de poussière". Selon le journal régional La Voz de Galicia qui a enquêté sur la disparue, elle avait travaillé temporairement pour l'administration de la région jusqu'en avril 2011, quand les voisins avaient cessé de la voir. 

Elle aurait souffert de dépression. Jusqu'à lundi, personne n'avait effectué de démarches pour s'inquiéter de la disparition de cette femme - réputée souffrir de dépression depuis la mort de sa mère - même si "c'était un secret de polichinelle qu'il lui était arrivé quelque chose", selon un voisin cité par le journal. "On ne lui connaît pas de famille", a dit le porte-parole de la Garde civile, précisant simplement que "l'électricité lui avait été coupée pour impayés".