Une Espagnole condamnée pour ses tweets

  • A
  • A
Une Espagnole condamnée pour ses tweets
Pour la première fois en Espagne, une utilisatrice de Twitter a été condamnée pour ses publications.@ Reuters
Partagez sur :

JUSTICE - La jeune femme a été condamnée à un an de prison avec sursis pour “incitation au terrorisme”. Une première en Espagne. 

“Incitation au terrorisme”. En Espagne, cette condamnation est une première. Alba González Camacho, 21 ans, a été condamnée à un an de prison avec sursis pour avoir posté sur Twitter de virulents messages, appellant à tuer des hommes politiques. Pour ces tweets, la jeune espagnole a été condamnée pour “incitation au terrorisme”, rapporte le site Gizmodo

"Celui qui tirera sur Rajoy". Alba González Camacho, toujours très active sur le réseau social, s’en était également pris au chef du gouvernement conservateur, Mariano Rajoy. “Je jure de me tatouer sur le visage de celui qui tirera sur [Mariano] Rajoy”, avait-elle écrit. Alba González Camacho avait également pris pour cible le ministre de la justice, le comparant à un nazi, ajoute le Daily Mail.

Une fille "normale". La jeune étudiante andalouse a également été condamnée pour avoir glorifié les GRAPO, une organisation armée espagnole, responsable de la mort de plus de 80 personnes dans les années 70 et 80. Dans un échange d’e-mail adressés au journaliste du New York Times, elle se décrit comme une “fille normale” et assure ne pas avoir vu venir sa condamnation. 

Condamnations similaires en Angleterre et aux Etats-Unis. S’il s’agit d’une première en Espagne, d’autres pays ont déjà condamné des utilisateurs de Twitter pour la teneur de leurs propos. En janvier, deux personnes se sont vues infliger des peines de prison ferme pour avoir menacé une militante féministe anglaise, également députée travailliste. Mais c’est aux Etats-Unis que la peine la plus lourde a été rendue, assure le New York Times. Pour avoir menacé sur Twitter de tuer Barack Obama, un homme a été condamné à 16 mois ferme. 

sur le même sujet, sujet,

JUSTICE - Justice vs Twitter : pas si simple...

TWEETS ANTISÉMITES -  Twitter cède face à la justice