Une danse de Bristol Palin le rend fou

  • A
  • A
Une danse de Bristol Palin le rend fou
@ ABC
Partagez sur :

Un sexagénaire a pulvérisé sa télé en regardant l'émission Dancing with the Stars.

La fille de Sarah Palin provoque des réactions… légèrement démesurées. Le site The Smoking Sun relate comment un retraité du Wisconsin, aux Etats-Unis, a pété les plombs, lundi soir, devant sa télé, excédé de voir Bristol Palin faire un énième pas de danse dans l’émission Dancing with the Stars, où des vedettes sont invitées à se déhancher en duo avec des professionnels.

"Ça l'a rendu malade"

Excédé, le sexagénaire a bondi de son fauteuil et a tiré sur son propre téléviseur avec son fusil de chasse. "Ça l’a rendu malade que la fille d'une personnalité politique participe à cette émission alors qu'il pense qu'elle n'est pas une bonne danseuse", a expliqué sa femme, Janice Cowan, dans sa déposition, publiée mercredi par plusieurs journaux locaux.

Regardez le générique de l’émission :

Bristol Palin est omniprésente dans les médias américains depuis la rentrée. La fille de l’ex-candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis et valeur montante du parti conservateur Tea Party apparait dans deux programmes télé : Sarah Palin's Alaska, consacrée à la famille Palin et le concours de danse télévisé Dancing with the Stars sur la chaîne ABC.

Regardez-là en pleine démonstration de cha-cha-cha :

Semaine après semaine, la jeune fille, âgée de 20 ans, a dû essuyer les critiques des jurés de l'émission mais a fini par sauver sa tête grâce au vote des téléspectateurs. Elle participera la semaine prochaine à la finale de l'émission, face à Jennifer Grey, l'actrice du mythique Dirty Dancing, et à Kyle Massey, héros d'une série produite par Disney.

Pour ses détracteurs, Bristol Palin doit son succès à la popularité de sa mère. Elle aurait en particulier la cote auprès des téléspectatrices les plus âgées, souvent partisanes du Tea Party. Bristol rétorque que la notoriété de sa mère joue plutôt contre elle.

Ecoutez-là dans une interview accordée à Larry King :