Une appli qui protège la liberté sur Internet

  • A
  • A
Une appli qui protège la liberté sur Internet
"Commotion Wireless" est une appli qui vise à promouvoir la liberté d'expression.@ MAXPPP
Partagez sur :

C'est le concept du projet américain "Commotion Wireless", qui devrait voir le jour en 2013.

Un vent de liberté souffle du côté des applications mobiles. Ceux qui vivent dans des pays où le gouvernement contrôle Internet pourraient ainsi bientôt pouvoir déjouer cette surveillance grâce à l'application "Commotion Wireless". Un projet financé par le gouvernement américain qui vise à promouvoir la liberté d'expression, en surfant sur le succès des smartphones.

"Internet dans une valise"

C'est un "système utile pour ceux qui veulent communiquer quand leur gouvernement ne le veut pas", résume Sascha Meinrath, responsable du projet à la New America Foundation (Fondation Nouvelle Amérique). Si Facebook et Twitter ont joué un rôle important pendant le "Printemps arabe",  ces réseaux sociaux peuvent en effet être utilisés par les gouvernements pour traquer les dissidents. Ce qui ne sera pas le cas de "Commotion".

Surnommé "Internet dans une valise" même s'il ne s'agit pas d'une valise bourrée d'équipements mais de logiciels, ce projet est conçu comme un réseau en forme de filet ("topologie mesh"). Le principe repose sur une connexion de proche en proche, sans point d'accès centralisé facile à couper. "Un réseau mesh ne repose pas sur un simple outil", ajoute Preston Rhea, l'un des experts de New America qui a testé le projet dans un quartier de Washington avec des hackers locaux. Son logiciel de cryptage peut être transféré à partir d'un smartphone. Ainsi, s'il est bloqué dans un pays, il suffit d'une personne et de son appareil pour le transférer sur un autre ordinateur, et le retransférer à d'autres, dit Sascha Meinrath.

"Une dizaine de technologies"

"Ces applications peuvent être bloquées mais si une personne entre dans le pays avec un téléphone portable qui la contient, l'application peut être distribuée", dit-il, ajoutant que "ce sera très difficile d'en stopper la propagation". Le système n'est pas encore au point mais le sera l'an prochain. Il sera conçu pour être "sécurisé même si les appareils sont infiltrés", dit-il.

"Commotion" est l'un des projets financé par le département d'Etat pour promouvoir la liberté sur Internet. Un budget de quelque 60 millions d'euros a été déployé pour ces quatre dernières années alors que près de 20 millions d'euros sont budgétés. Ian Schuler, du Bureau pour la liberté de l'Internet au département d'Etat, indique en effet que le gouvernement américain s'inquiète de plus en plus des atteintes à la liberté du web depuis les soulèvements arabes. "Commotion" est "la bonne conjonction entre une nouvelle technologie et un nouveau besoin", dit-il. Le projet n'est pas secret. Et le secrétaire d'Etat adjoint aux droits de l'homme Michael Posner a récemment fait savoir que son ministère soutenait "une dizaine de technologies" de ce type.

Pour "exercer ses droits"

Parmi elles, une application permet la mise en place d'une sorte de "bouton d'extrême urgence" ("panic button") pour smartphones qui fait disparaître les pages ouvertes. Un programme identifie les contenus censurés et des programmes de formation apprennent aux militants à savoir comment continuer à communiquer.

Reste que le gouvernement américain ne peut pas décider où "Commotion" va fonctionner. "Nous voulons que les gens puissent s'exprimer et exercer leurs droits", dit explique Ian Schuler. "Notre but n'est pas d'abattre les gouvernements, nous n'allons pas décider qui aura ou n'aura pas cette technologie", dit-il. Par ailleurs, lorsque le projet "Internet dans la valise" a été connu, les plus hauts responsables des services secrets iraniens ont fait savoir qu'ils s'y préparaient et travaillaient à une riposte.