Une Américaine filme en direct son ami abattu par la police

  • A
  • A
Une Américaine filme en direct son ami abattu par la police
@ AFP/GETTY IMAGES/MICHAEL B THOMAS
Partagez sur :

La scène s’est déroulée dans le Minnesota, où un banal contrôle routier a mal tourné. La vidéo a été diffusée ensuite sur Facebook live. 

C’est une vidéo qui met mal à l’aise. Par son contenu, évidemment. Mais aussi par le procédé. Une femme a filmé et diffusé en direct les derniers instants de son compagnon, un Afro-Américain qui venait d'être touché par balles par un policier dans le Minnesota.

"Oh mon Dieu, ne me dites pas qu'il est mort". L'homme, âgé de 32 ans et identifié par sa famille comme Philando Castile, un employé d'une cantine scolaire, est mort tard mercredi après un contrôle routier dans la ville de Falcon Heights, a indiqué la police.

Les moments qui ont suivi les coups de feu ont été enregistrés par sa petite amie avec son téléphone portable. "Oh mon Dieu, ne me dites pas qu'il est mort, ne me dites pas que mon petit ami s'en est allé juste comme ça... Vous lui avez tiré quatre balles dessus, monsieur", confie la femme - qui se présente comme Lavish Reynolds sur sa page Facebook, dans la vidéo, diffusée en direct sur réseau social et qui a déjà été vue trois millions de fois.

Cette femme a-t-elle tenté de créer un buzz macabre autour de la mort de son compagnon ou a-t-elle cherché, au contraire, à le protéger en rendant public ses derniers instants afin que sa mort ne reste pas impunie ?

Il avait indiqué au policier qu’il avait une arme à feu. Sur la vidéo, on peut y voir l'homme sur le siège conducteur, avec de larges tâches de sang sur son t-shirt. La compagne de la victime explique que son petit ami était en train de chercher ses papiers lorsque le policier lui a tiré sur le bras. Elle ajoute qu'il avait fait savoir au policier qu'il avait une arme à feu avec lui, pour laquelle il disposait d'une licence.

Alors que l'homme était en train de gémir, le policier a pointé son arme à travers la fenêtre de la voiture. "Je lui ai dit de ne pas le prendre! Je lui ai dit de lever ses mains en l'air!", a crié le policier.

Une mort "sans raison" pour sa petite amie. Sur une page Facebook créée par des soutiens, nommée "Justice pour Philando Castile", on pouvait lire, mercredi matin : "Philando Castile a été tué par la police le 7 juin 2016. Nous demandons justice !". "Pas un tir. Pas deux tirs. Pas trois tirs. Pas quatre tirs. Mais cinq tirs. Sans raison", s'est emportée la petite amie de la victime devant des journalistes, jeudi, se disant "anéantie". 

"Ce matin, j'ai parlé au téléphone avec le secrétaire général de la Maison Blanche Denis McDonough pour réclamer que le ministère américain de la Justice démarre immédiatement une enquête fédérale indépendante dans cette affaire", a écrit le gouverneur Mark Dayton dans un communiqué, jeudi. 

Un "grave problème" pour Barack Obama. Le gouverneur du Minnesota Mark Dayton a déclaré que "tout indiquait" que le policier ayant abattu un automobiliste noir dans cet Etat du nord des Etats-Unis avait eu une réaction "démesurée". "Je n'ai pas les mots pour dire à quel point je suis choqué et profondément, profondément, outré que cela puisse arriver dans le Minnesota à quelqu'un qui a été arrêté pour une question de phare défectueux", a dit Mark Dayton lors d'une conférence de presse.

De son côté, le président américain Barack Obama a estimé que les Noirs abattus par la police symbolisaient un "grave problème" aux Etats-Unis, jeudi. "Admettre que nous avons un grave problème ne contredit en rien notre respect et notre reconnaissance envers l'immense majorité des policiers qui mettent leurs vies en jeu pour nous protéger au quotidien", a écrit le chef de l'Etat américain dans un communiqué.