Un tsunami meurtrier balaie les îles Samoa

  • A
  • A
Un tsunami meurtrier balaie les îles Samoa
Partagez sur :

Le dernier bilan fait désormais état d'au moins 113 morts dans cet archipel. Un nouveau tremblement de terre a été enregistré en milieu de journée, cette fois au large de Sumatra.

Ce n'est qu'un bilan provisoire, qui pourrait encore s'alourdir dans les heures à venir : au moins 113 personnes ont été tuées mardi dans les îles Samoa. Cet archipel volcanique de Polynésie a été victime d'un tsunami après un tremblement de terre. Cinq vagues au total, dont une de 7,5 mètres de haut, ont balayé ce territoire. On dénombre également sept morts aux îles Tonga.

La région la plus touristique des Samoa a été "dévastée", selon le vice-premier ministre. Les résidents et les touristes étrangers n'ont eu que peu de temps pour réagir au déferlement des vagues. Plusieurs hôtels auraient été dévastés. Des témoins décrivent encore des voitures emportées, des arbres balayés et des scènes de panique. Barack Obama a déclaré l'état de catastrophe pour la partie américaine des Samoa.

Les premières images des Samoa diffusées par l'agence AP :

C'est un séisme de magnitude 8,0 sur l’échelle de Richter qui avait provoqué mardi l'alerte au tsunami pour l'ensemble de cette vaste zone du Pacifique Sud. L'épicentre du séisme était alors situé à 190 km au sud-ouest des Samoa américaines, à une profondeur de 33 kilomètres, a précisé le centre américain de surveillance géologique (USGS).

Mercredi à la mi-journée, un nouveau séisme, d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle de Richter, a été enregistré, cette fois au large de l'île de Sumatra en Indonésie. Il n'a pas été accompagné d'une alerte au tsunami. Des habitations et des ponts ont cependant été endommagés par la secousse.

En Polynésie française, une alerte au tsunami avait été déclenchée en début de journée. Elle a, depuis, été levée pour quatre archipels, à l'exception des îles Marquises. Là, il a été demandé aux habitants de s'éloigner des côtes à une hauteur par rapport à la mer d'au moins 10 mètres. Par précaution, à Tahiti et dans de nombreuses îles, les écoles, collèges et garderies situées en bord de lagon ou dans la plaine côtière avaient été évacuées et les enfants transportés sur les hauteurs. "Le danger a peut-être été surestimé mais au moins il n'a pas été ignoré", a commenté le Haut Commissariat.

Une alerte tsunami avait également été déclenchée au Japon avant d'être également levée quelques heures plus tard.