Un test de Q.I. pour les immigrés

  • A
  • A
Un test de Q.I. pour les immigrés
@ REUTERS
Partagez sur :

Certains membres de la droite allemande proposent de sélectionner ainsi les migrants.

Instaurer des tests d’intelligence pour tout immigré souhaitant s’installer en Allemagne. C’est la proposition qu’ont fait plusieurs élus de l’aile droite de la CDU, le parti conservateur allemand. L’idée a reçu un accueil glacial, y compris de la part du gouvernement d’Angela Merkel.

"Nous devons poser des critères qui servent vraiment à notre Etat. Outre une bonne formation et une qualification professionnelles, l'intelligence doit entrer en considération. Je suis pour des tests d'intelligence", a ainsi déclaré Peter Trapp dans le quotidien Bild, un membre de la CDU.

"Cette question ne doit plus être un tabou", a renchéri le porte-parole pour les Affaires intérieures de la branche berlinoise de la CDU.

Désaveu généralisé, y compris à droite

Cette proposition "est aberrante", "discriminatoire" et "n'est pas non plus empreinte d'une grande intelligence", a réagi le porte-parole adjoint du gouvernement allemand, Christoph Steegmans. Le gouvernement, pourtant dirigé par des membres du même parti politique, a donc désavoué la proposition, soulignant ainsi le fossé grandissant entre l’aile la plus conservatrice de la CDU et l’autre versant, défenseur d’une société multiculturelle.

"Nous n’avons pas besoin d’un débat contre-productif sur l’immigration. Je plaide pour une culture de la bienvenue. Nous sommes lancé dans une compétition pour attirer les meilleurs cerveaux de ce monde, et ce n’est pas comme cela que le reste du monde viendra taper à notre porte", a commenté le président du conseil fédéral pour les immigrés, Karamba Diaby.

Le Canada cité malgré lui en exemple

Un autre responsable conservateur, Markus Ferber, a défendu cette proposition en s’appuyant sur l'exemple canadien : "le Canada est bien plus avancé en la matière et exige des enfants d'immigrés un quotient intellectuel plus élevé que celui des enfants locaux. Les raisons humanitaires comme le regroupement familial ne peuvent être à la longue le seul critère d'immigration".

Embarrassée, l’ambassade du Canada à Berlin a tenu à répondre sur le champ. "il n’y a pas du tout de tests d’intelligence pour les immigrés. Ils restent tous les bienvenus", a déclaré une porte-parole de l’ambassade.

Un système déjà bien verrouillé

L’Allemagne, à la différence de la France, pratique le droit du sang. Y être né n’entraine pas l’obtention automatique de la nationalité, alors qu’avoir des parents allemands suffit à l’obtenir, même si l’on n’a jamais vécu en Allemagne.

Le pays a par ailleurs révisé sa politique migratoire depuis quelques années, imposant des tests de langue ainsi que des questionnaires destinés à prouver leurs connaissances de l'ordre social et juridique allemand. Au préalable, ils doivent participer à des cours d'instruction civique.