Un suicide filmé diffusé sur la BBC

  • A
  • A
Un suicide filmé diffusé sur la BBC
@ BBC
Partagez sur :

La chaîne diffusera lundi soir prochain un documentaire sur le suicide assisté d'un homme d'affaires.

Documentaire militant ou téléréalité choc ? La BBC va diffuser, lundi prochain, un documentaire sur le suicide d’un homme de 71 ans, qui souffrait d’un dysfonctionnement neurologique. Décédé en décembre, Peter Smedley, un homme d’affaires qui avait fait fortune dans l’industrie des boîtes de conserves, avait, en fait, planifié son "départ".

"Nous ne savions pas qu’il était allé voir Dignitas"

Ce n’est que le jour de ses funérailles que ses amis ont découvert que le millionnaire avait choisi de se rendre en Suisse pour se suicider avec l’aide de l’association Dignitas, raconte le quotidien britannique The Telegraph mercredi. Le jour de l’enterrement de Peter Smedley, ses proches ont vu une équipe de la BBC se présenter et expliquer que le suicide avait été filmé, sur demande du défunt.

"Nous ne savions pas qu’il était allé voir Dignitas", confie l’ami, sous couvert d’anonymat. "Et nous ne savions rien du film jusqu’au jour de l’enterrement où l’équipe de la BBC s’est présentée à nous", poursuit-il.

"Tout le monde ne se sentira pas très à l’aise"

Le documentaire, intitulé Choosing to die [choisir de mourir], a été dirigé et réalisé par Sir Terry Pratchett, un écrivain britannique très engagé dans le combat pour l’euthanasie. Souffrant de la maladie d’Alzheimer depuis 2008, Terry Pratchett a pris position dès 2010 pour le suicide assisté - qui fait débat au Royaume-Uni - lors d'un discours sur la chaîne de télévision B.B.C One.

"L’euthanasie est une décision personnelle et ne devrait revenir à personne d’autre" : explique Terry Pratchett : (vidéo en anglais)



Choosing to die, diffusé lundi prochain, est un documentaire difficile, prévient la BBC, qui souligne, sur son site internet, que "tout le monde ne se sentira pas très à l’aise face à ce film. Mais nous espérons que tous accepteront l’idée que la BCC s’attaque à des sujets difficiles de la vie quotidienne".