Un revenu de base pour tous ? Les Suisses aux urnes dimanche

  • A
  • A
Un revenu de base pour tous ? Les Suisses aux urnes dimanche
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Le gouvernement et la plupart des partis politiques dénoncent un projet utopique et trop coûteux.

Les Suisses sont appelés dimanche à se prononcer sur la création d'un revenu de base pour tous, salariés ou sans emploi, un projet unique au monde qui suscite de vifs débats dans un pays où l'on vénère la valeur travail.

"Un revenu de base inconditionnel". Toutefois, selon les derniers sondages, la proposition, soumise par un groupe sans affiliation politique, a peu de chances de passer. Rien d'étonnant quand on se souvient qu'en 2012, les Suisses avaient déjà refusé de porter leurs congés payés de 4 à 6 semaines, craignant une baisse de leur compétitivité. L'initiative populaire "Pour un revenu de base inconditionnel" (RBI) propose de verser une allocation universelle chaque mois à tous les Suisses et aux étrangers vivant dans le pays depuis au moins 5 ans, qu'ils aient ou non déjà un emploi.

Un revenu universel de 2.260 euros. Le montant de ce revenu reste à fixer, mais le groupe à l'origine de l'initiative suggère de distribuer 2.500 francs suisses (2.260 euros) par adulte - un montant très faible pour vivre en Suisse - et 650 francs suisses pour chaque mineur. Cela nécessiterait un budget supplémentaire d'environ 25 milliards de francs suisses (22,6 milliards d'euros) par an, financé par de nouveaux impôts ou taxes.  "C'est un rêve qui existe depuis longtemps", mais qui est devenu "indispensable" face au chômage élevé provoqué par la robotisation croissante, explique l'un des pères de l'initiative, Ralph Kundig. Le gouvernement et la plupart des partis politiques dénoncent un projet utopique et trop coûteux.

Après le Brésil et la Finlande, la Suisse. En Europe, le revenu universel garanti est expérimenté dans plusieurs villes sur de petits échantillons, notamment aux Pays-Bas, comme à Utrecht ou Groningen. Prochainement, les Finlandais, pourtant gouvernés par le centre-droit, auront droit, à partir de l'année prochaine, à un salaire de 500, puis de 800 euros. Ailleurs dans le monde, le revenu de base fait son chemin. Il est inscrit dans la Constitution au Brésil et en Namibie. En Alaska, depuis 2014, chaque habitant a droit à 1.700 euros mensuels.