Un Palestinien tué dans des échanges de tirs avec l'armée israélienne

  • A
  • A
Un Palestinien tué dans des échanges de tirs avec l'armée israélienne
Des soldats israéliens. Image d'illustration.@ HAZEM BADER / AFP
Partagez sur :

Ce Palestinien, qui vivait à Hébron, était recherché pour avoir assassiné un Israélien en Cisjordanie le 1er juillet dernier. 

Un Palestinien, accusé d'être responsable d'une attaque ayant tué un Israélien, a été tué dans la nuit de mardi à mercredi lors d'échanges de tirs avec des soldats israéliens en Cisjordanie occupée, a indiqué l'armée israélienne.

Maison assiégée. Un convoi de militaires est entré dans la localité de Sourif, au nord-ouest de Hébron, vers 23h et en est ressortie aux environs de 6h, en emportant le corps du Palestinien tué. Les soldats ont assiégé la maison dans laquelle il se trouvait pendant des heures avant de lancer un assaut, aidés notamment de bulldozers, détruisant en partie le bâtiment de plusieurs étages, d'où des tirs sont partis. Les soldats israéliens ont également arrêté trois personnes, "membres d'une cellule terroriste liée au Hamas", emmenées les yeux bandés.

Responsable de la mort d'un rabbin. Le Palestinien tué a été identifié comme Mohammed Faqih par l'armée israélienne, qui l'accuse d'être "le terroriste responsable de l'attaque dans laquelle le rabbin Michael Mark a été assassiné". Il avait été tué le 1er juillet par des tirs palestiniens sur sa voiture alors qu'il circulait en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis près de 50 ans par Israël. Ces tirs avait également blessé des membres de sa famille. Selon le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, Mohammed Faqih avait été condamné dans le passé à de la prison pur avoir été actif au sein du Djihad islamique, deuxième force islamiste dans les Territoires palestiniens et groupe considéré comme "terroriste" par Israël.

Ambulances interdites d'accès. L'agence officielle palestinienne a fait état de Palestiniens blessés dans ces échanges de tirs et de grenades lacrymogènes, qui ont déclenché des incendies aux alentours. Elle a rapporté que les ambulances palestiniennes avaient été interdites d'accès à la zone par les militaires israéliens.