Un ministre australien du Vatican entendu à Rome après des accusations de pédophilie

  • A
  • A
Un ministre australien du Vatican entendu à Rome après des accusations de pédophilie
L'argentier du Vatican est accusé d'attouchements sexuels@ ANDREAS SOLARO / AFP
Partagez sur :

Le "ministre" de l'Économie du Vatican est mis en cause dans une affaire d'attouchements sexuels en Australie, dans les années 70.

L'argentier du Vatican, le cardinal George Pell, a été entendu par la police australienne à Rome après des accusations de pédophilie qu'il dément formellement. Aucune poursuite n'a été lancée contre le numéro trois du Saint-Siège mais "l'enquête se poursuit", a indiqué la police.

Aucune poursuite mais l'enquête continue. La police australienne a lancé en juillet des investigations sur le plus haut représentant de l'Église catholique en Australie à la suite d'un rapport explosif diffusé par la télévision publique australienne ABC. Trois policiers "se sont rendus la semaine dernière à Rome, où le cardinal Pell a participé volontairement à un entretien sur des accusations d'agression sexuelle", a déclaré dans un communiqué la police de l'Etat de Victoria, dans le Sud-Est du pays. "En conséquence de cet entretien, l'enquête se poursuit. Nous ne ferons pour l'heure aucun commentaire supplémentaire".

Des accusations d'attouchements. L'enquête policière porte, entre autres, sur des accusations émanant de deux hommes, aujourd'hui âgés d'une quarantaine d'années, qui affirment avoir été victimes d'attouchements de la part du cardinal à l'été 1978-79 dans une piscine de Ballarat, là où George Pell a grandi et travaillé. Le cardinal Pell, nommé en 2014 "ministre" de l'Économie du Vatican pour remettre de l'ordre dans la gestion et les finances du micro-État, a démenti en bloc ces accusations, se disant victime d'une conspiration.

Le Pape a des "doutes" sur les accusations. Il y a à quelques mois, George Pell avait longuement témoigné par visioconférence depuis Rome devant une commission d'enquête royale australienne. Celle-ci s'intéressait à la façon dont l'Église australienne avait réagi aux accusations de pédophilie visant des prêtres, datant pour la plupart des années 1970. George Pell avait démenti en avoir eu connaissance tout en reconnaissant que l'Église catholique avait connu une période "de crimes et de dissimulations". Le pape François avait dit début août avoir "des doutes" sur les accusations visant George Pell, estimant qu'il fallait éviter "tout procès médiatique" et attendre le déroulement de l'enquête.